L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Jeu 7 Juil - 17:38

L'HOMME DES VALLEES PERDUES (SHANE)

Film américain de George Stevens sorti en 1953 et basé sur le roman de l'écrivain américain Jack Schaefer.
Ce western évoque la vie des cow-boys et des fermiers à l'époque du Far West.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

SYNOPSIS

En été 1889, un cowboy solitaire (ancien chasseur de prime), Shane (Alan Ladd) arrive dans une petite vallée du Wyoming. Il fait halte dans une ferme où vit paisiblement la famille Starret : Joe (Van Heflin), Marian, son épouse (Jean Arthur) et leur fils de 10 ans Joey (Brandon de Wilde). Marian est attirée par le charme mystérieux du nouveau venu; quant au jeune Joey, il est tout simplement subjugué et fasciné par cet homme très habile au pistolet et qu'il vénère comme un héros.

Dans un premier temps, Shane aidera la famille Starret pour les travaux de la ferme. Ensuite, Shane prêtera main forte aux fermiers du voisinage dans leur lutte contre les ranchers dirigés par Ryker (Emile Meyer). Ryker a déjà fait tuer un fermier en utilisant les services du tueur à gage Jack Wilson (Jack Palance). Le but de Ryker était de s'emparer des terres des cultivateurs. Voyant cela, Joe Starret décide d'affronter seul Jack Wilson. Mais Shane réussit à convaincre Joe de ne pas affronter Wilson en duel.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

FICHE TECHNIQUE

Titre : L'homme des vallées perdues
Réalisation : George Stevens
Scénario : A.B.Guthrie Jr. d'après le roman de Jack Schaefer,
Musique : Victor Young
Photographie : Loyal Griggs, Irmin Roberts, Col. Richard Mueller
Montage : William Hornbeck, Tom McDoo
Direction artistique : Cedric Gibbons et autres
Décors : Hal Pereira, Walter Tyler, Emile Kuri
Costumes : Edith Head
Effets visuels : Farciot Edouart et Gordon Jennings
Production : les studios Paramount
Film américain
Genre : western
Format : Couleurs (Technicolor) - 1,85:1 - 35 mm
Durée : 1h58
Date de sortie : 1953 (USA)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

DISTRIBUTION

Alan Ladd : Shane
Van Heflin : Joe Starret
Jean Arthur : Marian Starret
Brandon de Wilde : Joey Starret
Jack Palance : Jack Wilson
Ben Johnson : Chris Calloway
Emile Meyer : Rufus Ryker
Edgar Buchanan : Fred Lewis
Elisha Cook Jr. : Frank "Stonewall" Torrey
Edith Evanson : Mrs. Shipstead

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A PROPOS DU FILM

Le film est un archétype du western avec un héros solitaire. Nul ne sait d'où vient ce héros (Shane), nul ne sait où il va ; vêtu de blanc, Alan Ladd incarne le mythe du cow-boy redresseur de torts, opposé à une figure du mal absolu: Jack Palance, filiforme, vêtu de noir, évoquant "quelque chose de venimeux". Il sauve la veuve et l'orphelin sans aucune condition.

L'Homme des vallées perdues est un film culte qui a reçu l'Oscar 1954 de la meilleure photographie. Clint Eastwood en fit un remake en 1985 : Pale Rider.
Morris caricature Jack Palance dans Phil Defer, huitième album de la série Lucky Luke.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Alan Walbridge Ladd :
né le 3 septembre 1913 à Hot Springs, dans l'Arkansas, et décédé le 29 janvier 1964 à Palm Springs, en Californie (États-Unis).


Dernière édition par Cooper le Lun 3 Nov - 16:54, édité 3 fois

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Jeu 7 Juil - 17:41

Le DVD
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Cooper le Dim 19 Jan - 12:12, édité 1 fois

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Tyrone le Jeu 7 Juil - 17:45

Shane Theme


La musique comme le film est délicieuse  Wink

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 ~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]     Shoot First ... or Die * That is The Question !       [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ~
avatar
Tyrone
Shérif Dan Blaine
Shérif Dan Blaine

Messages : 9381
Cartouches : 11420
Réputation : 15
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 59
Localisation : Far West

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Jeu 7 Juil - 17:45

La bande annonce

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Dim 19 Jan - 12:25

L'HOMME DES VALLEES PERDUES
George Stevens

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L’Homme des vallées perdues (Shane, 1953) de George Stevens. La popularité de ce western mythique est immense aux Etats-Unis où il est adoré par le public et a presque été érigé au rang de patrimoine national.

Pourtant à la revoyure le film de Stevens étonne. Au lieu d’être archétypal, il s’éloigne par bien des aspects des chefs-d’œuvre du genre signés Ford, Walsh, Hawks, DeMille, Vidor, Mann et les autres.

L’Homme des vallées perdues est au western ce que Le Magicien d’Oz est à la comédie musicale ou La vie est belle au mélodrame : une anomalie devenue pour certains un modèle, voire un monument au fil du temps. Il n’en est rien.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jack Palance

L’histoire de L’Homme des vallées perdues est pourtant classique : un étranger vient en aide à des fermiers persécutés par des riches propriétaires qui veulent spolier leurs terres, et met ses dons de « gunfighter » au service d’une cause juste.

Ce qui est original, c’est que le film est raconté du point de vue d’un enfant, fils d’un couple de fermiers, les Starrett (Jean Arthur et Van Heflin) qui accueille le cavalier solitaire.

Shane devient le héros légendaire du garçon, qui épie ses moindres gestes et boit ses paroles avec admiration, fasciné par le halo d’aventure et de danger qui entoure l’étranger au passé mystérieux. Un film vu par un enfant, qui idéalise ou fantasme tout ce qu’il observe, dans un contexte néanmoins réaliste, y compris l’amour platonique qui va naître entre Shane et la femme du fermier.

Cela confère au film un aspect « bigger than life » où le héros est un chevalier sans peur et sans reproche (l’angélique et court sur pattes Alan Ladd, une certaine idée de la virilité… selon un enfant) et où les méchants sont très méchants y compris sur le plan physique (l’anguleux Jack Palance en tueur à gages de dessin animé dans un rôle qui le marquera à jamais.)

Le film est un superbe livre d’images en Technicolor qui contient de nombreuses scènes inoubliables. La bagarre dans le saloon et l’assassinat d’un fermier en pleine rue par le tueur à gages sont des modèles du genre. Le film frappe aussi par la beauté des paysages de montagnes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les décors naturels y jouent un rôle important, en particulier les Teton Mountains situés dans le Wyoming au pied desquels se trouve la ferme des Starrett, dont la présence est magnifiée dans le film grâce à l’utilisation de téléobjectifs de 75mm et de 100mm qui faisaient ressortir l’arrière-plan et magnifiaient ces montagnes, les faisant paraître plus hautes et proches qu’elles ne l’étaient vraiment.

Sans en être un remake officiel Pale Rider (1985) de Clint Eastwood ne cache pas sa dette envers L’Homme des vallées perdues, mais affadit le matériau original et n’est plus que l’ombre du classique de George Stevens, qui n’a pas volé son statut de grand spectacle familial et gagne à être redécouvert.

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Sam 1 Nov - 8:54

"SHANE" Musique : Victor Young

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Sam 1 Nov - 9:23

L'ACTEUR ALAN LADD "SHANE" ( SA BIOGRAPHIE )

Alan Walbridge Ladd est un acteur américain né le 3 septembre 1913 à Hot Springs, dans l'Arkansas,
et mort le 29 janvier 1964 à Palm Springs, en Californie (États-Unis).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sa mère, Ina Raleigh, est originaire de Grande-Bretagne. Son père était comptable et voyageur de commerce. Ladd le perdit à l'âge de quatre ans. Sa mère se remaria avec un peintre en bâtiment. Peu de temps après, la famille déménagea en Californie. À huit ans, Alan Ladd cueillait des fruits et livrait les journaux.

À l'école secondaire, Alan Ladd découvrit la course à pied et la natation. En 1930, à l'âge de 17 ans, il gagna des premiers prix en natation et en plongeon à l'école secondaire North Hollywood High. Il fut graduate en 1934 à l'âge de 21 ans. En 1931, Ladd s'entraînait pour représenter les États-Unis aux Jeux olympiques de Los Angeles. Malheureusement pour lui, une blessure l'empêcha de mener à bien ses projets.

En 1936, Alan Ladd épousa son amie d'enfance Majorie Midge Harrold, avec qui il eut un fils : Alan Ladd Jr., producteur oscarisé. Vu leur incompatibilité de caractère, cette union fut de courte durée. Un jour, Ladd trouva sa mère alcoolique agonisante. Elle avait ingurgité du poison à fourmis.

Avant d'entreprendre une carrière au cinéma, Ladd a fait du journalisme, de la radio et de la figuration (on aperçoit Ladd parmi les reporters du film culte Citizen Kane d'Orson Welles). C'est à la radio que Ladd rencontra en 1939 sa future épouse, Sue Caroll.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En 1943, Alan Ladd évita le service militaire à cause d'un ulcère et d'une double hernie. Il fut marié et divorcé de Jane Harrold. Sa seconde épouse (une étoile du cinéma muet et agent d'artiste) Sue Carrol lui donna deux enfants : David Ladd (acteur et producteur) et Alana Ladd (actrice). Comme acteur, Ladd avait un jeu plutôt sobre, accompagné d'une voix vigoureuse. Il débuta sa carrière dans des films de série B. Il fut révélé à l'écran par le film Tueur à gages (This Gun for Hire). Dans ce drame, il donne la réplique à Veronica Lake.

Puis il travaille à plusieurs reprises avec John Farrow et collectionne les partenaires féminines prestigieuses : Loretta Young, Dorothy Lamour, Olivia de Havilland, Deborah Kerr, Arlene Dahl et Virginia Mayo, privilégiant un cinéma d'aventures et d'action souvent de série B, même s'il a travaillé avec les vétérans Raoul Walsh, William Dieterle, Mitchell Leisen et Michael Curtiz. Il remporta un grand succès avec le western culte L'Homme des vallées perdues (Shane) (1953). De plus, pour ce film, il a reçu en 1953 le Photoplays Gold medal comme meilleur acteur.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En 1954, Ladd fonde la compagnie de production Jaguar. Par la suite, Ladd excelle dans les drames : Le Tigre du ciel (The McConnell Story) et Les Ambitieux (The Carpetbaggers) pour ensuite donner la réplique dans quelques comédies. Puis la carrière d'Alan Ladd commença à décliner petit à petit.

Alan Ladd a tourné dans plus de 180 films, de 1932 à 1964. Il n'a jamais vraiment compris sa propre popularité. À peine haut de un mètre soixante-cinq, il devait monter sur une caisse pour regarder les autres acteurs dans les yeux. Il a même décrit un jour sa constitution comme celle d'un poids plume mal nourri. Mais il était beau, avec une expression de violence contenue et de souffrance morale qui le rendait séduisant dans des rôles de bons ou de mauvais garçon, taciturnes et vulnérables.

Il devint star au début des années quarante et ce du jour au lendemain et il resta parmi les premiers pendant vingt ans. Son rôle le plus mémorable demeure dans le western épique celui de Shane, sans contredit un des classiques du cinéma américain. Vers la fin des années cinquante il perdit sa belle apparence, se mit à boire et tourna dans de nombreux films oubliés, avant de mourir à l'âge de 50 ans dans son appartement en 1964. Une expertise attribua la cause du décès à un mélange d'alcool et de sédatifs.

Un fait peu connu est qu'il a refusé le rôle de James Dean dans le film Géant.
Alan Ladd repose au Law Memorial Park Cemetary à Glendale, en Californie.
Il est le père du producteur Alan Ladd Jr.. L'actrice Jordan Ladd (fille de Cheryl Ladd Stoppelmoor et de David Ladd) est la petite-fille d'Alan Ladd.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Alan Ladd et sa famille en 1952

Alan Ladd a principalement joué des rôles dans des western (comme L'Homme des vallées perdues).

Lors du tournage du film The McConnel Story(1955) la comédienne June Allyson tomba amoureuse de Alan Ladd. L'actrice Dorothy Dandridge donnait la réplique à Alan Ladd dans le drame Jordan le révolté. Dans le film This Gun of Fire, Ladd interprète le rôle d'un tueur psychopathe.

Dans les Ambitieux, Ladd avait comme partenaires Carroll Baker et George Peppard. Ladd tourna aussi avec Sophia Loren, Olivia de Havilland et Joan Fontaine.
Dans la version Française de ses films il est doublé par Maurice Dorleac, Roland Menard ou Paul-Emile Deiber

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Tigre du ciel - The McConnell Story (1955) Gordon Douglas

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Sam 1 Nov - 9:36

Pour en revenir au film de George Stevens "SHANE"

Shane, est un aventurier solitaire, il arrive dans une petite bourgade de l'Ouest américain. Il est accueilli dans la ferme de Joe et Marian Starrett. Leur fils, Joey, voue immédiatement une admiration sans bornes à cet étranger au regard clair, fort et bienveillant.

La région est mise à sac par Ryker, qui tente de s'approprier les terres des fermiers. Starrett organise la résistance des cultivateurs. Mais Ryker fait appel à un tueur professionnel, Wilson, qui abat un fermier pour inciter les autres à abandonner la lutte...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La popularité de ce western mythique est immense aux États-Unis où il fait presque partie du patrimoine national. Pourtant, le film de Stevens s’éloigne par bien des aspects des chefs-d’œuvre du genre signés Ford, Walsh, Hawks, Vidor et les autres.

L’homme des vallées perdues est au western ce que Le magicien d’Oz est à la comédie musicale ou La vie est belle au mélodrame : une anomalie devenue pour certains un modèle, voire un monument au fil du temps. Ce qui est original, c’est que le film est raconté du point de vue d’un enfant. Shane devient le héros de Joey, qui épie ses moindres gestes et boit ses paroles avec admiration, fasciné par le halo d’aventure et de danger qui entoure l’étranger.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'enfant idéalise ou fantasme tout ce qu’il observe, y compris l’amour platonique qui va naître entre Shane et la femme du fermier. Cela confère au film un aspect "bigger than life" où le héros est un chevalier sans peur et sans reproche (l’angélique et court sur pattes Alan Ladd) et où les méchants sont très méchants, y compris sur le plan physique (l’anguleux Jack Palance en tueur à gages de dessin animé dans un rôle qui le marquera à jamais.)

Le film est un superbe livre d’images en Technicolor qui contient de nombreuses scènes inoubliables. La bagarre dans le saloon et l’assassinat d’un fermier en pleine rue par le tueur à gages sont des modèles du genre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Qui veut du soda mousseux ?
Rolling Eyes

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Chris 68 le Sam 1 Nov - 15:37

Le fameux soda mousseux Very Happy la cause d'une des bagarres du saloon, ou tous n'y vont pas avec le dos de la cuillère ...
comme ici au déclenchement entre Shane et un des hommes de la bande de Ryker, Chris Calloway ( Ben Johnson).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Chris 68
1er Mercenaire
1er Mercenaire

Messages : 669
Cartouches : 711
Réputation : 20
Date d'inscription : 01/06/2014
Localisation : El Paso (Texas)

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par J.Randall le Sam 1 Nov - 18:33

Superbe film de George Stevens, j'adore cette ambiance de vieux far-west, Shane a été le western au plus grand succès commercial des années 50 : 9 millions de dollars en Amérique seulement et 6 nominations aux Oscars.

Succès bien plus grand que les désormais classiques par excellence que sont La Prisonnière du désert de John Ford ou Rio Bravo de Howard Hawks. Il a même longtemps été considéré aux Etats-Unis comme le plus grand western hollywoodien.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

De gauche à droite : Alan Ladd (Shane), Jean Arthur (Marian Starret) et Van Heflin (Joe Starret).

Sans oublier le petit Brandon de Wilde (Joey Starret),
le fils de Joe et de Marian, 10 ans.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
J.Randall
Wanted: Dead or Alive
Wanted: Dead or Alive

Messages : 281
Cartouches : 306
Réputation : 3
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 50
Localisation : Las Tunas - Los Angeles Country, California

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par L'Impitoyable le Sam 1 Nov - 19:32

Content que "SHANE" soit désigné comme le western du mois. Je crois savoir concernant la carrière du petit Brandon de Wilde
(Joey Starret), que celle-ci ne fut malheureusement pas longue, il était d'origine hollandaise il me semble. Question
Dans "SHANE" L'HOMME DES VALLEES PERDUES, il me semble même que par moment ses parents le prénomme "JACKY" Question
avatar
L'Impitoyable
Colonel Cord McNally
Colonel Cord McNally

Messages : 299
Cartouches : 319
Réputation : 6
Date d'inscription : 21/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Sam 1 Nov - 20:20

L'Impitoyable a écrit:Content que "SHANE" soit désigné comme le western du mois. Je crois savoir concernant la carrière du petit Brandon de Wilde
(Joey Starret), que celle-ci ne fut malheureusement pas longue, il était d'origine hollandaise il me semble. Question
Dans "SHANE" L'HOMME DES VALLEES PERDUES, il me semble même que par moment ses parents le prénomme "JACKY" Question

Affirmatif L'Impitoyable, nous entendons parfaitement le prénom du petit "Joey" dans le film est pour une raison qui m'échappe encore, il répond bien au prénom de "JACKY"  Wink

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Sam 1 Nov - 20:49

Pour en revenir à ta question "L'Impitoyable", Brandon De Wilde, né André Brandon deWilde le 9 avril 1942 à Brooklyn, New York, et mort effectivement très jeune, le 6 juillet 1972 à Denver (Colorado) dans un accident de la route, c'était un acteur américain d'origine hollandaise.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sa carrière a commencé très jeune (il a sept ans lors de ses débuts à Broadway) et s'est terminée prématurément (il meurt à trente ans dans un accident de voiture).

Considéré en son temps comme un enfant prodige, Brandon de Wilde fut aussi ce qu'on appelle un enfant-star. Il fut ainsi, à un peu plus de dix ans, nommé pour un oscar (meilleur acteur dans un second rôle) dans le film L'Homme des vallées perdues (Shane), célèbre western du réalisateur George Stevens.

Il y interprète le rôle d'un jeune enfant (Joe Starrett) dont les parents (Jean Arthur et Van Heflin), fermiers du Wyoming, reçoivent la visite d'un cowboy-justicier (Alan Ladd) venu de nulle part pour, très opportunément, les aider à régler un différend avec un puissant éleveur qui a lui-même embauché une "gâchette" expéditive (Jack Palance).

La fameuse imploration répercutée en écho par les Rocheuses et dont tous ceux qui ont vu le film se souviennent ("Shane, come back !"), c'est le petit De Wilde qui la crie au cowboy justicier s'éloignant à cheval à la fin du film.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En 1963, comme petit-fils du propriétaire d'un ranch dont le bétail est soudain frappé de fièvre infectieuse, De Wilde admire puis s'oppose à Paul Newman dans Le plus sauvage d'entre tous de Martin Ritt, film qui obtient sept nominations aux Oscars 1964 et remporte trois statuettes.

Il a également interprété le rôle de l'enseigne de vaisseau Jeffrey Torrey, fils du capitaine de vaisseau puis contre-amiral Rockwell "Rock" Torrey incarné par John Wayne dans le film Première Victoire, dont l'action se situe au début de la guerre du Pacifique.

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Sam 1 Nov - 23:20

Ici une photographie de Kirk Douglas : (commandant Paul Eddington, commandant en second du Old Swayback; puis chef d'état-major de l'amiral Torrey) avec à droite Brandon De Wilde : (enseigne, puis lieutenant Jérémiah Torrey, fils de Rock Torrey) dans le film : Première Victoire (In Harm's Way) : La Voie difficile un film de guerre américain réalisé par Otto Preminger et sorti en 1965.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Dim 2 Nov - 11:27

Merci aux membres qui viennent s'investir sur le film du mois comme c'est le vote ultime qui fut choisit tout récemment.

Je rappelle de nouveau que vous avez "le mois" pour renseigner le sujet de ce film de George Stevens par toutes sources d'informations complémentaires et par vos avis divers ... Bien évidemment ceux qui désirent voir ou revoir le film L'HOMME DES VALLEES PERDUES, pour ouvrir des discussions sur le vif en suivant, vous avez la main libre ...

En attendant vous pouvez poster ici dans ce sujet vos infos à la "SHANE" drink1
Et j'ajoute que le Saloon reste ouvert qui plus est ....


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par L'Impitoyable le Dim 2 Nov - 17:40

Merci Cooper, mais je crois que nous sommes parfaitement en nette progression sur les complément de ce film.

On ne peut pas dire que sa cote d’amour en France ait été la même : une partie de la critique française en a même fait l’archétype du faux bon western et cette réputation lui colle encore aujourd’hui à la peau ; Yves Kovacs dans son ouvrage intitulé "Le western" résume assez bien la pensée d’un grand nombre à son propos en le qualifiant de "film pesant et compassé devenu le prototype du western académique."

Objectivement, force est de constater que, des deux côtés de l’Atlantique, on a beaucoup exagéré ! Shane n’est ni un chef-d’œuvre ni encore moins un mauvais film ; il ne méritait pas cependant un tel mépris et aujourd’hui si peu d'éloge de la part d'une certaine catégorie d'idéaliste du western dans toute sa définition.

Reprise point de vue DVDClassik.
avatar
L'Impitoyable
Colonel Cord McNally
Colonel Cord McNally

Messages : 299
Cartouches : 319
Réputation : 6
Date d'inscription : 21/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Lun 3 Nov - 16:58

Pour aller plus loin dans cet article, un an avant Shane, Fred Zinnemann réalisait avec Le Train sifflera trois fois le premier "sur-western" comme l’a surnommé la critique, tentative d’intellectualisation du western traditionnel visant surtout à approfondir la psychologie des personnages.

Belle et louable initiative de faire entrer un genre considéré comme peu sérieux dans son âge adulte. Mais souvent à cette occasion, une certaine pesanteur de la mise en scène ou un ton sentencieux sont venus gâcher en partie ce que le western possédait de plus important, le rythme, la vigueur et surtout la spontanéité.

High Noon en est un parfait exemple car sa trop grande austérité et le message un peu trop appuyé ont fait de lui un film décharné, sec et en fin de compte assez ennuyeux (sans pour autant être honteux, attention !). Il n’en est pas de même pour cet western unique qu’est L’Homme des vallées perdues.

Unique par le fait qu’il mélange simplicité du ton et subtilité psychologique, qu’il oscille constamment entre d’une part, une naïveté et un manichéisme assumés, et d’autre part une violence et un réalisme qui ont clairement influencé Sam Peckinpah, Sergio Leone et Clint Eastwood, ça ne fait aucun doute.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le fait que le film soit vu à hauteur d’un enfant de 10 ans justifie le côté "bigger than life" de l’intrigue et des personnages, cette vision quelque peu idéalisée de l’Ouest. Joey, à cet âge, a besoin de se représenter et de croire en des héros purs et durs ; d’un autre côté, "les méchants" doivent aussi l’être de la tête aux pieds.

Son regard porté sur le monde nous donne donc à voir des personnages archétypiques mais cette approche mythique que l’on pourrait effectivement trouver simplificatrice ou caricaturale, est amplement légitimée par l’idée qu’ont eue Stevens et ses scénaristes de mettre leur caméra à hauteur de Joey (de nombreuses contre-plongées sont utilisées en cours de film).

Par la suite, nombre de chefs-d’œuvre divers et variés que seront La Nuit du chasseur de Charles Laughton, Les Contrebandiers de Moonfleet de Fritz Lang ou Du silence et des ombres de Richard Mulligan, exploiteront cette vision mais avec encore plus de maîtrise et un peu moins de schématisme.

Mais n’accablons pas plus George Stevens avec de telles comparaisons, il ne le mérite pas surtout que son western reste néanmoins de haute volée. Revenons-y et tentons de faire ressentir au lecteur le ton tout à fait original qui parcourt ce film.

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Lun 3 Nov - 17:00

Shane fait irruption au moment opportun dans la vie de cette famille ; cavalier solitaire et las, venant de nulle part, habillé d’un vêtement de daim clair et immaculé et portant des armes scintillantes.

Il représente le modèle parfait du héros rêvé par les petits garçons. Ce "chevalier rédempteur" repartira d’ailleurs tel qu’il était venu après s’être acquitté de sa tâche "divine" : "l’homme sans nom"’ de Leone et "l’étranger" de Pale Rider ne sont pas bien loin. Sur un très beau thème de Victor Young (peut-être le plus beau de sa carrière au milieu d’une partition tout de même inégale).

Le générique le voit arriver sur son cheval par la gauche de l’écran et, devançant de 15 ans le cinéma de Leone, en immense plan d’ensemble, sa minuscule silhouette traverse doucement l’écran de part en part la caméra fixant sans bouger cette vaste étendue, Shane n’étant qu’un minuscule point au milieu de cette immensité.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Puis, par la saveur poétique toute particulière de la somptueuse et saisissante photographie de Loyal Griggs (qui remporta à juste titre un Oscar), nous avons l’impression de nous retrouver à voir l’un de ses films pour enfants de Clarence Brown, tel que Jody et le faon.

En effet, comme dans ce chef-d’œuvre, un technicolor lumineux et magnifique nous laisse stupéfait : la beauté fulgurante de ces premiers plans de paysages aux cieux immenses et bleus, un élan venant s’abreuver dans une rivière limpide, est indiscutable. Un romantisme, un "rousseauisme" même, faussement naïf puisqu’il sera plus tard battu en brèche.

Comme dans le magnifique film de Clarence Brown cité ci-dessus, l’enfant va devoir maintenant être confronté à la violence et à la mort.

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par L'Impitoyable le Lun 3 Nov - 18:01

Mort représentée par le personnage du tueur joué par Jack Palance, Wilson, le double maléfique de Shane ; d’ailleurs Morris ne s’y est pas trompé car pour l’inspiration de son personnage de Phil Defer, il n’a pas eu à forcer le trait, Wilson étant déjà un cliché parfait du "bad guy".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jack Wilson ( Jack Palance )

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Et Phil Defer, son double graphique dans la BD "Lucky Luke" du dessinateur Morris.

avatar
L'Impitoyable
Colonel Cord McNally
Colonel Cord McNally

Messages : 299
Cartouches : 319
Réputation : 6
Date d'inscription : 21/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par shériff Thompson le Lun 3 Nov - 20:35

Merci à vous pour avoir poster ces superbes photographies du film "SHANE" Wink
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
shériff Thompson
Wyatt Earp
Wyatt Earp

Messages : 603
Cartouches : 636
Réputation : 9
Date d'inscription : 12/01/2014
Localisation : Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Tyrone le Mar 4 Nov - 15:17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On l'a déjà dit plus haut , ce western se hisse aux plus niveaux du classement dans le genre, je pense comme beaucoup d'autres amateurs qu'il mérite cette place d'honneur .

On a aussi souligné cet aspect :
<< Ce qui est original, c’est que le film est raconté du point de vue d’un enfant. >>

je pense que le choix de George Stevens pour le premier rôle en la personne d'Alan Ladd fut voulu ;
ceci pour séduire une majorité de jeunes spectateurs et il y réussit sans nul doute
avec Alan Ladd qui joue ici superbement .

Si on regarde maintenant le film avec des yeux d'adultes ... qui sait si le réalisateur avait choisi un acteur différent
plus apte à jouer un individu ambivalent comme Richard Widmark ou Sterling Hayden ou encore Robert Taylor
(on pourrait en citer d'autres) le film ne fut pas plus réaliste , plus mâture ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 ~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]     Shoot First ... or Die * That is The Question !       [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ~
avatar
Tyrone
Shérif Dan Blaine
Shérif Dan Blaine

Messages : 9381
Cartouches : 11420
Réputation : 15
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 59
Localisation : Far West

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par shériff Thompson le Dim 9 Nov - 9:17

Wilson ( Jack Palance ) étant un cliché parfait du "killer"est inoubliable dans sa façon d’être habillé, de se déplacer, de se tenir à cheval, de parler, de sourire et même de tuer : la scène du meurtre de Elisha Cook est d’ailleurs impressionnante pour l’époque, d’une violence radicale et d’un réalisme qui jure avec ce que nous avions vu auparavant : en découvrant cette scène aujourd’hui, on comprend mieux quand Peckinpah disait que Shane était son film préféré.

Pour cette scène, George Stevens a tenu a conserver des variations de luminosité spectaculaires qui n’auraient pas été gardées en temps normal car peu tolérables.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La rue est détrempée par la pluie et boueuse au point que l’on vient à s’y enfoncer. Et quand Elisha Cook fait mine de mettre en joue Jack Palance, celui-ci l’envoie Ad patres sans réfléchir : un coup de revolver et l’impact de la balle de 45 fait voler avec une force peu commune le malheureux qui s’effondre au milieu de la rue.

Cette scène et le décor de la ville à l’intérieur de laquelle les maisons sont rangées sur une seule ligne font encore une fois penser aux westerns des années 70, de Clint Eastwood en particulier. Mais attention, aucune complaisance dans la violence : le réalisateur, depuis son retour de la Seconde Guerre Mondiale, ne pouvait plus la supporter et il essayait ici de la stigmatiser en la rendant la plus réaliste, la moins héroïque possible.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
shériff Thompson
Wyatt Earp
Wyatt Earp

Messages : 603
Cartouches : 636
Réputation : 9
Date d'inscription : 12/01/2014
Localisation : Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Dim 9 Nov - 11:58

Le redoutable Wilson ( Jack Palance )

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Dim 9 Nov - 12:07

A la lecture de ces lignes, vous vous êtes sûrement dits qu’effectivement ce film était bien simpliste, mais nous sommes encore loin de la vérité. Le manichéisme n’est qu’apparent puisque la perception de l’enfant est bien entendu faussée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A côté de ces paysages lyriquement magnifiés par l’utilisation quasi constante du téléobjectif qui rapproche encore plus les majestueuses montagnes de Teton Valley, les décors et les costumes des personnages principaux, du père en particulier, sont très réalistes, élimés et sales (fait rarissime à l’époque dans le western), les rues sont boueuses et Stevens accorde une attention réaliste aux objets de l’époque (Van Heflin feuillète un catalogue de vêtements) et aux travaux quotidiens de la ferme.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les personnages sont eux aussi bien plus complexes que veut bien les voir Joey. Shane, le "modèle parfait", est un personnage finalement assez trouble et secret, on ne connaît rien de lui ni de son passé mystérieux et ses sursauts de défiance lorsqu’il entend un bruit quelconque peuvent faire penser qu’il n’a pas la conscience tranquille ou qu’il est poursuivi.

La sobriété (ou l’inexpressivité) de Alan Ladd colle ici assez bien au personnage mais l’acteur demeure quand même assez fade. Marian, l’épouse aimante et dévouée, est pourtant attirée par cet homme mystérieux qui lui fait rêver à de lointains horizons : son personnage donnera naissance à ceux encore plus fouillés et émouvants que jouera par deux fois Vera Miles dans La Prisonnière du désert et L’Homme qui tua Liberty Valance ; même liens complexes et affectifs plein de sous entendus qui se tisseront entre elle et John Wayne dans les deux films de Ford.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dommage seulement que Jean Arthur, pour son dernier rôle au cinéma à 48 ans, paraisse trop âgée pour le personnage et que Stevens soit obligé de la filtrer à outrance lors des gros plans sur son visage.

Van Heflin, avec sa rudesse habituelle, ne doit pas être oublié : c’est à travers le personnage de Joe, le brave fermier laborieux que, pour Joey et le spectateur, la réflexion sur l’héroïsme va se faire ; la violence est-elle nécessaire, doit-on se servir des armes pour que votre enfant vous considère comme un héros… ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Cooper le Dim 9 Nov - 12:19

Le scénariste A.B. Guthrie Jr (auteur entre autres de La Captive aux yeux clairs) prend encore plus de risque avec Ryker, le chef des éleveurs, car, le temps d’une scène, il nous ferait presque croire que c’est lui qui a raison de vouloir chasser les fermiers des terres avoisinantes.

Son ressentiment et son exaspération offrent un point de vue historique assez juste puisque juridiquement, il avait tous les droits pour lui. La séquence de sa venue à la ferme des Starrett pour faire valoir ses prérogatives nous fait alors entrevoir un personnage assez convaincant et qui, lui aussi, se bat pour ses idées, pas si mauvaises que ça.

Nous nous mettons à douter un instant mais la présence de Jack Palance à ses côtés nous rappelle à l’ordre et nous fait en fin de compte choisir le bon camp).

Quant au revirement de Ben Johnson, il est lui aussi très bien vu : alors que Stevens nous l’avait montré comme une grosse brute dans la spectaculaire scène du pugilat, nous ne nous attendions absolument pas à ce qu’il vienne prévenir les fermiers après une prise de conscience douloureuse. Nous sommes donc bien assez loin de la simplicité apparente des données de départ.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une oeuvre charnière, "l’aboutissement du western romantique" selon Christian Viviani, un film qui va ouvrir la voie à un plus grand réalisme et une plus grande violence et qui influencera dans le genre toute la génération de cinéastes des années 60 : il se serviront de cette trame à des fins de variations toutefois plus ironiques.

Cependant, Shane n’est pas entièrement satisfaisant ; la faute en incombe d’une part au scénario qui fait retomber la tension vers le milieu du film, de l’autre au réalisateur qui se fait parfois trop solennel et un peu pompeux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Si à certains moments, il prend majestueusement son temps (trop quelquefois), à d’autres il nous étonne par le nombre de plans et la diversité des angles utilisés : les deux scènes homériques de bagarres sont d’une grande modernité à ce niveau là mais cette différence de style d’une scène à l’autre gâche un peu le plaisir total que l’on aurait pu ressentir si le film avait été plus cohérent dans ces effets, donc plus harmonieux.

Mais ne boudons pas notre plaisir, les éléments incriminés sont loin de prendre toute la place et l’Ouest boueux, sanglant et violent de George Stevens reste gravé dans la mémoire de l’amateur de western tout comme le poignant "Shane ! Come back" résonnant sur le fondu final et qui nous laisse les larmes aux yeux : une sorte d’adieu à une certaine innocence désormais perdue du western en même temps que du petit garçon.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Analyse et critique ciné
de DVDClassik

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Homme des Vallées Perdues (1953) George Stevens

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum