La Proie des Hommes (1956) John Sherwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Proie des Hommes (1956) John Sherwood

Message par Tyrone le Lun 12 Sep - 18:58

La Proie des Hommes (1956) "Raw Edge"
Réalisateur John Sherwood (1903–1959)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Avec Rory Calhoun, Yvonne De Carlo, Mara Corday
dans les rôles principaux .

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mon avis : un bon western des années cinquante , à voir et revoir avec bonheur .

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 ~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]     Shoot First ... or Die * That is The Question !       [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ~
avatar
Tyrone
Shérif Dan Blaine
Shérif Dan Blaine

Messages : 9381
Cartouches : 11420
Réputation : 15
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 59
Localisation : Far West

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Proie des Hommes (1956) John Sherwood

Message par Invité le Mar 13 Sep - 12:11



Une bonne série B à mon avis, avec un des meilleurs rôles de Rory Calhoun et une histoire originale tournant autour de la rareté des femmes en Orégon.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Proie des Hommes (1956) John Sherwood

Message par Invité le Mar 13 Sep - 12:12



La bande annonce originale...
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Proie des Hommes (1956) John Sherwood

Message par Cooper le Mar 13 Sep - 16:04

Un western original qui met en scène un groupe d’individus aux motifs sibyllins et au comportement déroutant, pur produit Universal , firme qui n’arrête plus de nous surprendre.        
L’action se passe en 1842 dans l’Orégon sous domination anglo-américaine avant de devenir le trente-troisième état des USA. Un riche propriétaire terrien Georges Montgoméry impose une loi concernant les femmes célibataires : Elles seront l’épouse pour ne pas dire "le bien" de l’homme qui la réclame !

Ce western de série B propose une intrigue très originale et donne une vision de l’Ouest pour le moins inhabituelle, le tout réalisé avec talent par John Sherwood.

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Proie des Hommes (1956) John Sherwood

Message par shériff Thompson le Mar 13 Sep - 20:46

Le studio Universal est fidèle à son optique : Technicolor superbe, histoire forte, musique et interprétation prenante pour une durée avoisinant toujours les 80 minutes. Pour y parvenir elle engage des scénaristes chevronnés comme Harry Essex et Robert Hill.

Le premier est connu pour ses scénarios de Jicop le proscrit 1957 de Henry Levin « Les quatre fils de Katie Elde »r 1965 deux bons westerns et des 2 fameux films de science fiction « L'étrange créature du lac noir » en 1954 et « Le météore de la nuit » 1953 tous deux de Jack Arnold.

Le second moins réputé écrivit l’étonnant film d’ Albert Zugsmith ici producteur de ce western « Les confessions d'un mangeur d'opium » avec Vincent Price 1962 .

Ce duo aux idées peu communes ne pouvait que rendre une histoire complexe et déroutante. Effectivement tous les protagonistes sont peu sympathiques du héros au méchant ; la femme de ce dernier est ambigüe tantôt elle contrecarre les plans de son époux, tantôt elle se soumet à ses ordres ; Tex Kirby est un être se complaisant dans sa vengeance et dans les heurts. D’ailleurs la violence est dans chaque témoin de cette affreuse histoire où morale et loi sont exclues et nous savons que l’absence de loi entraine que de nouvelles lois iniques et donne libre à tous les instincts et chacun n’est plus maitre des siens.

Seuls les indiens sont dépeints comme positifs décennie oblige où rappelons leur image n’est plus écornée et victimes des agissements des blancs. C’est là là que le western détonne et le rend atypique.

Source ciné: centerblog

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
shériff Thompson
Wyatt Earp
Wyatt Earp

Messages : 603
Cartouches : 636
Réputation : 9
Date d'inscription : 12/01/2014
Localisation : Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Proie des Hommes (1956) John Sherwood

Message par BIOMAN le Mer 14 Sep - 19:29

Irrégularité que rend parfaitement les acteurs des rôles éphémères ( On y retrouve un John Gavin débutant qui deviendra le héros romantique avec les films de Sirk avec Le temps d'aimer et le temps de mourir (1958) et Mirage de la vie (1959) et Ed Fury acteur musclé qui se forgera une réputation dans les péplums :

La fureur d'Hercule (1961) Maciste dans la vallée des lions (1961) Ursus dans la terre de feu (1963), des seconds couteaux familiers Robert J. Wilke un des quatre méchants qui veut éliminer Gary Cooper dans Le train sifflera trois fois 1952 et qui joua dans 100 westerns et Neville Brand qui fut le Capone de la série « Les incorruptibles », un des mauvais gars des plus terribles du cinéma américain et le second soldat dans la vie le plus décoré après Audie Murphy.
avatar
BIOMAN
John Marston
John Marston

Messages : 219
Cartouches : 256
Réputation : 5
Date d'inscription : 05/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Proie des Hommes (1956) John Sherwood

Message par Cooper le Mer 14 Sep - 21:11

Dans la continuité de cette intéressante analyse, face à eux trois vedettes Mara Corday une habituée des westerns sur le petit écran : Au nom de la loi 1960-Laramie 1960 et le grand souvent dans des rôles d’indienne: The Man from Bitter Ridge (1955) Naked Gun 1956-L'homme qui n'a pas d'étoile ; Yvonne De Carlo une star qui eut pour partenaires John Wayne Le grand McLintock (1963), Burt Lancaster Pour toi j'ai tué... (1949) Charleston Heston Les dix commandements (1956) Clark Gable dans La belle esclave 1947 , et que l’on vit dans le genre avec Les amours de Salomé 1945 Le barrage de Burlington 1948 1949 :

Puis La Fille des prairies (Calamity Jane and Sam Bass) de George Sherman 1951 : Tomahawk de George Sherman et l’inclassable Rory Calhoun le cowboy du pauvre : 1955 : Les Forbans (The Spoilers) de Jesse Hibbs--1958 : Apache Territory de Ray Nazarro-1963 : Le Justicier de l'Ouest (it) (The Gun Hawk) de Edward Ludwig 1965 : Les Éperons noirs (it) (Black spurs) de R.G. Springsteen) qui eut son film de gloire en 1954 avec La Rivière sans retour (River of No Return) d'Otto Preminger face à Marylin Monroe.          

Un cocktail qui trend ce western surprenant et fort attrayant comme surent nous les donner les années 50 !

Source ciné: rogerchemouni
Centerblog.net

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Proie des Hommes (1956) John Sherwood

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum