LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par The Wraith le Mar 6 Oct - 15:35

LE NINJA BLANC : American Ninja 2 : The Confrontation

Film d'action américain de Sam Firstenberg et réalisé en 1987.
Avec Michael Dudikoff et Steve James.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Ninja Blanc (American Ninja 2 : The Confrontation), sortie à l'été 1987, ce film est la suite directe d'Américan Warrior (1985) avec toujours aux commandes Sam Firstenberg (Ultime violence, Delta Force 3) ainsi que Michael Dudikoff (Le Bouclier humain, Soldier Boyz) et Steve James (McBain, Human Target). Si le scénario du premier film ne présentait aucune originalité, il avait le mérite d'être bien construit. Celui-ci raconte une histoire similaire, mais en beaucoup plus mal ficelé.

De plus Mike Stone n'est pas cantonné au seul poste de chorégraphe cette fois-ci, puisqu'il tient à visage découvert le rôle de Tojen Ken, le méchant Ninja de l'histoire. Autre point positif, Steve James est cette fois sur un pied d'égalité avec Michael Dudikoff. Points négatifs : le montage avec en autre l'apparition de la doublure de Dudikoff dans une scène avec Jeff Weston (le Colonel Wild Bill) et la fin du métrage, les G.I démolissent les prétendus Super Ninja avec une telle facilité que le propos du film en devient inepte.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le soldat Joe Armstrong et le sergent Curtis Jackson débarquent sur l’île de Saint Thomas dans les Caraïbes. Ils ont pour mission d’enquêter sur la disparition de soldats américains. Rapidement, Armstrong découvrent l’existence d’une base secrète où les militaires disparus sont reconditionnés pour devenir de redoutables guerriers ninjas.

avatar
The Wraith
Phantom
Phantom

Messages : 380
Cartouches : 414
Réputation : 8
Date d'inscription : 13/07/2015
Localisation : LE NEANT

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par The Wraith le Mar 6 Oct - 15:48

avatar
The Wraith
Phantom
Phantom

Messages : 380
Cartouches : 414
Réputation : 8
Date d'inscription : 13/07/2015
Localisation : LE NEANT

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par BIOMAN le Mar 6 Oct - 18:38

Le passé est riche en mystères que la raison refuse aujourd’hui de sonder. Ainsi, entre 1986 et 1988, Michael Dudikoff était une vedette en France qui alignait les succès. Issu de la Cannon Group pour lesquels il tourna les quatre opus des American ninjas, Dudikoff cassait la baraque :

(1) - American warrior : 869.000 entrées en janvier 86 puis  ensuite en (2) - American warrior 2 : 550.000 en décembre 86 et enfin en (3) - Le ninja blanc : 823.000 entrées en juillet 87.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
BIOMAN
John Marston
John Marston

Messages : 220
Cartouches : 257
Réputation : 5
Date d'inscription : 05/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par BIOMAN le Mar 6 Oct - 18:51

Petit extrait du film ( un peu trop prévisible du film ) mais tout ceci est du spectacle pour les fans et adeptes de ce genre de film ou l'action rejoint avant tout la fiction.

avatar
BIOMAN
John Marston
John Marston

Messages : 220
Cartouches : 257
Réputation : 5
Date d'inscription : 05/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par BIOMAN le Mar 6 Oct - 19:08

DISTRIBUTION DES RÔLES

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Michael Dudikoff   ...  Sgt. Joe Armstrong
Steve James   ...  Sgt. Curtis Jackson
Larry Poindexter   ...  Sgt. Charlie McDonald
Gary Conway   ...  Leo 'The Lion' Burke
Jeff Celentano   ...  Capt. 'Wild Bill' Woodward (as Jeff Weston)
Michelle Botes   ...  Alicia Sanborn
Mike Stone   ...  Tojo Ken
Len Sparrowhawk   ...  Pat McCarthy
Jonathan Pienaar   ...  Tommy Taylor
Bill Curry   ...  Inspector Singh
Dennis Folbigge   ...  Sir Cloudsly Smith
Elmo Fillis   ...  Toto
Ralph Draper   ...  Professor Sanborne
John Pasternack   ...  Vesuvius (as John Pasternak)
Gary Ford   ...  Ambassador Scruggs
avatar
BIOMAN
John Marston
John Marston

Messages : 220
Cartouches : 257
Réputation : 5
Date d'inscription : 05/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par Cooper le Dim 11 Oct - 21:23

Deux ans se sont écoulés depuis les aventures masquées de Michael Dudikoff et la consécration du réalisateur Sam Firstenberg. Fort de son succès, ce dernier en a alors profité pour battre le fer tant qu'il était chaud et ainsi réaliser dans l'entrefait "Avenging Force" (présenté en France comme la suite de "American Warrior" sous le titre fallacieux "American Warrior 2"), un film où brillait de nouveau le duo M. Dudikoff/S. James. Mais dans l'ombre, de terribles forces se réveillent...

Ce film a été très justement renommé en France "Le Ninja Blanc" car malgré ce que peut laisser présager la jaquette, point question de couleur de tenue mais bien de couleur de peau, ce titre insistant derechef sur le côté occidental du Ninja. Et oui, on vous le dit et vous le répète : comme toutes les bonnes vieilles recettes, "American Ninja 2" va reprendre un par un tous les bons ingrédients qui vous ont délecté dans le premier, avec un soupçon de nouveautés.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ce nouvel opus fleure bon les vacances au soleil : musique synthé exotique, plan tourisme sur les bâtiments typiques de la ville, plan fesse sur les jolies petites baigneuses du coin, bref, on donne un peu dans le culturel histoire de se donner bonne conscience. Le campement militaire ressemble plus à "Mes Marines chez les nudistes" qu'à autre chose, et tout le monde est plus préoccupé par la dernière compétition de surf que par les récentes disparitions de soldats. Les Marines sont en short de bain, le Colonel joue au foot dans son bureau et on s'éclate à la plage, c'est le paradis tropical, quoi. Le ton du film est lui aussi plus léger car Sam Firstenberg a affublé certains combats de bar d'une touche d'humour, renforçant à l'insu de son plein gré le côté "nanar" de la chose.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On peut assister avec plaisir à l'évolution de nos personnages préférés depuis la dernière fois ; Michael Dudikoff a ainsi du prendre quelque cours de théâtre entre deux, car s'il conserve sa face de pierre et son brushing figé la plupart du temps, il tente à plusieurs reprises de mimer des expressions faciales nouvelles (en relevant ses sourcils ou en bougeant la bouche par exemple).

Un peu timide en début de film (c'est Steve James qui parle pour lui), il ose même la grande aventure du cinéma parlant par la suite. Préférant une tenue plus martiale, il nous fera languir jusqu'au grand final avant d'enfiler sa tenue de Ninja (un p'tit flashback de "American Ninja 1" et hop, le tour est joué !) qui n'est pas blanche, mais noire à ceinture rouge.


_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7271
Cartouches : 8515
Réputation : 45
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par Ranger J. McQuade le Lun 12 Oct - 18:12

Il en faut pour tous les goûts certes, c’était bien en décallage des Stallone et Schwarzenegger, mais pour une série de navets ultra datés, le miracle était à chaque fois au rendez-vous. Pour le Ninja blanc, suite directe d’American warrior 1 (le second American warrior étant en fait un titre d’exploitation, dissimulant Avenging force), il aura fallu le premier L’arme fatale avec Mel Gibson et Danny Glover pour que Dudikoff cède sa première place après deux semaines à dominer le box-office estival.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un triomphe aberrant, jamais nourri par les qualités réelles de la série B. Ainsi, aujourd’hui les aventures de Joe Armstrong, un Américain au passé de karaté kid, formé par un maître des arts martiaux asiatiques alors qu’il était tout ado et tout abandonné (scène de flashback à l’appui),nous donne l’incroyable impression d’assister à un cours d’aérobic, façon gym tonic virile. Débardeurs blancs, tenues moulantes fluo, grosse baraque en short flashy... Les corps gonflés respirent la chorégraphie dès qu’ils bougent, faute de refléter le travail de directeur d’acteurs de Sam Firstenberg, le réal polonais calamiteux derrière la saga des American ninja (titre original d’ American warrior, oui, je sais c’est compliqué !).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Evidemment tous les tics et toutes les obsessions de l’époque abondent : exotisme de pacotille (l’intrigue se déroule dans les Caraïbes), machisme roublard, virilité bovine et surtout la présence de ninjas, figures racoleuses qui hantaient alors nombre de série B américaines (les films avec Chuck Norris, les Karaté Kid...). Bref, cela ne vole vraiment pas haut ; même au niveau des combats, pourtant nombreux, on reste sur notre faim. Et ce n’est pas le récit à la James Bond qui vient relever le niveau. L’histoire (un trafiquant de drogue transforme sur son île des Marines en machines à tuer) ne vaut pas un clou. Elle sert de prétexte aux confrontations entre ninjas et nourrit un bordel assommant qui ne nous incite guère à l’indulgence.


Avoir-Alire

avatar
Ranger J. McQuade
Lone Wolf
Lone Wolf

Messages : 175
Cartouches : 197
Réputation : 2
Date d'inscription : 11/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par Cooper le Lun 12 Oct - 20:29

L'acteur Steve James est quant à lui plus éblouissant que jamais, s'épanouissant complètement dans son rôle de Black-déconneur-dragueur-bastonneur-sympa. De plus, ayant fait ses preuves dans le premier "American Ninja" (et attirant sans doute le public afro-américain), il a désormais droit à ses propres scènes de combat anti-Ninja.

Il traverse le film telle une masse inarrêtable, hurlant d'un plaisir non dissimulé lorsqu'il s'agit de tabasser seul et sans difficulté une dizaine de loubards ou encore une meute de Ninjas, que ce soit à mains nues, à l'arme blanche ou au pompeux. Plus que simple brute, il n'oublie jamais de rester cool et de sortir une ou deux vannes, chacune de ses interventions se buvant comme du p'tit lait. Steve James, un nom à ne surtout pas oublier...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7271
Cartouches : 8515
Réputation : 45
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par Chris 68 le Mar 13 Oct - 19:11

Que serait un bon film américain sans un enfant, ici incarné par Toto, le gamin à tout faire du camp des Marines, bien pratique pour nos deux héros (et pour les scénaristes). Astucieux et roublard, Toto est de tous les coups, sortant Michael de quelques mauvais pas, se faisant rétribuer pour ses services la modique somme de "10 balles". Ce qui lui fait tout de même 40 balles au terme d'un film où il aurait pu mourir à de nombreuses reprises, Ninja oblige (Michael n'a décidément aucun scrupule).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Quant au méchant, Le Lion, pas de problème de casting, c'est une star de la Cannon qui endosse les lunettes noires syndicales : Gary Conway. Cela ne vous évoque rien ? Et pourtant, ce fut le scénariste du grandiose "Over the Top" (ainsi que du présent film par la même occasion). Façon idéale de se montrer un peu et de gagner plus d'argent, il incarne ici un bad guy standard, prenant, derrière ses lunettes noires, l'air méchant de celui qui s'y connait en gestion de Ninjas à plusieurs millions de dollars l'exemplaire. Bref, Gary n'illumine pas le film par son jeu d'acteur.

Mais c'est pas grave, parce que ce n'est pas Mike Stone (le Maître Ninja Méchant) qui va lui voler la vedette ; le charisme dans les chaussettes, Mike est loin d'être aussi convaincant que Tadashi "Black Star Ninja" Yamashita, sa seule particularité étant son faux oeil paralysé, maquillage ridicule à l'appui. En plus, il n'est même pas asiatique...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'action reste toujours aussi présente, et respecte le testament du premier opus : bastons entrecoupées de scénario avec un final bordélique où tout le monde tire dans tous les sens (mais où bizarrement seuls les méchants meurent).

Les combats sont chorégraphiés au coup par coup pour laisser le temps au téléspectateur de bien comprendre qui tape qui et dans quelle position. Steve James ne peut s'empêcher de grimacer à chaque percussion, au point parfois de ressembler à un Bruce Lee afro-américain.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Quant au montage, si l'ensemble est fluide, cela ne fait que ressortir d'autant plus certains raccords à la machette ; je pense par exemple à un plan digne d'un Max Thayer attrapant un hélicoptère en vol, où un Ninja saute dans une voiture en marche qui semble bien immobile lors de sa retombée acrobatique sur le plan suivant.

Et s'il manque dans cet épisode quelques figurants convulsifs en arrière-plan (rassurez-vous, il y en a lors de l'assaut final), on constatera tout-de-même des rassemblements de badauds regardant sans s'émouvoir Michael Dudikoff détruire quelques hommes en noir lors des scènes de baston du centre-ville. N'oublions pas non plus de remercier les bruiteurs et les artificiers sans qui l'ambiance "nanar" n'auraient pas atteint de tels niveaux dans les scènes d'action/destruction (c'est fou ce qu'on peut faire avec de la poudre flash).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les dialogues font bien souvent mouche (merci la VF), propulsant Steve James au sommet de son art. Mention spéciale à Jeff Weston (le colonel Wild Bill) qui nous offre lui aussi une belle prestation. Les incohérences se multiplient sans que cela semble déranger qui que ce soit (Michael demande à une barmaid où se trouve un ami qui doit l'attendre dans ce bar. Elle lui répond "au fond du couloir". Et lui de monter spontanément au premier étage, de se promener dans un couloir et de frapper à la bonne porte). Le charabia scientifique n'a ni queue ni tête, le méchant parle beaucoup pour ne rien dire, bref, les dialoguistes nous ont pondu ce qu'on voulait : du nanar en barre.

Le scénario à proprement parler est quant à lui d'un culot affolant ; on veut nous faire croire qu'un professeur chercheur en cancérologie se retrouve forcé à fabriquer en cuve des super guerriers Ninjas (le lien n'est déjà pas évident). Mais en plus, celui-ci ose déclarer à la ronde qu'il pensait construire ainsi un monde meilleur et qu'on a perverti ses recherches ! L'enquête est tellement simple qu'elle donne l'impression d'être totalement compliquée !


Chroniques de Nanarland.





_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Chris 68
1er Mercenaire
1er Mercenaire

Messages : 677
Cartouches : 722
Réputation : 23
Date d'inscription : 01/06/2014
Localisation : El Paso (Texas)

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par BIOMAN le Ven 16 Oct - 20:41

En conclusion, "Le Ninja Blanc / American Ninja 2" réussit le pari insensé de faire plus fort que le premier opus. Les occasions de rire surgissent de partout, le taux d'exagération reste et demeure constamment prévisible, les Ninjas sont fidèles à leur réputation, Michael Dudikoff et Steve James forment une équipe digne des plus grands duos, bref du grand spectacle qui se déguste sans modération.

Ce film est tellement bon qu'il nous apporte du bonheur à la regarder qu'il inspire le respect ; "Le Ninja Blanc / American Ninja 2" est réellement un si mauvais film sympathique, qu'il en devient une véritable référence du genre ...
avatar
BIOMAN
John Marston
John Marston

Messages : 220
Cartouches : 257
Réputation : 5
Date d'inscription : 05/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par Chris 68 le Sam 17 Oct - 19:06

Ici dans une séquence du film lors de l'accueil de Joe Armstrong et Curtis Jackson dans le bureau du colonel Wild Bill, le doubleur cascadeur de Michael Dudikoff (reconnaissable à l'image) cet acteur remplace Michael 2 secondes sur ce plan inutile, ce qui peut passer inaperçu aux yeux du néophyte mais pas du fan-maniac).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Chris 68
1er Mercenaire
1er Mercenaire

Messages : 677
Cartouches : 722
Réputation : 23
Date d'inscription : 01/06/2014
Localisation : El Paso (Texas)

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE NINJA BLANC (1987) Sam Firstenberg

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum