JACK SLADE, LE DAMNE (1953) Harold D.Schuster

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

JACK SLADE, LE DAMNE (1953) Harold D.Schuster

Message par The Shadow le Lun 19 Avr - 19:59

Jack Slade le damné (1953) Jack Slade

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Titre original Jack Slade
Noir et blanc
Réalisateur Harold SCHUSTER

Scénariste(s) Warren DOUGLAS
Producteur Columbia (Allied Artists, Lindsley Parsons)
Allied Artists
Lindsley PARSONS
Chef opérateur  William SICKNER


Bande originale / Compositeur  Paul DUNLAP


Acteurs / actrices
Mark STEVENS, Dorothy MALONE, Barton MacLANE, John LITEL, Paul LANGTON, Harry SHANNON, John HARMON, Sammy OGG, Lee VAN CLEEF
Jack TORNEK
Année de production:1953
Durée 01 h 30  

Un excellent film, qui nous raconte l'histoire de Joseph A. Slade, surnommé Jack, personnage ayant réellement existé.

Comme le film nous le montre, Slade, type d'une incroyable violence, avait effectivement tué un homme à 13 ans (!) et est parti au Texas, d'où il s'en alla servir dans l'armée US,en 1947, dans le cadre de la guerre contre le Mexique.

C'est par contre au Texas, et non pas au Colorado comme dit dans le film, qu'il épouse Virginia Dale, femme "vivante et voluptueuse" pour reprendre les termes qui la désignaient à cette époque.

Cavalier émérite, figure marquante, Virginia avait par ailleurs la réputation d'avoir tué, et elle portait souvent une arme.

A la fin des années 50, Slade entre dans la Central Overland Company, et se charge des "posts" le long de l'Oregon Trail, puis au début des années 60 il supervise la construction de plus de deux cent relais de poste du Pony Express.

Il devient chef de division, et son job est de s'assurer que rien ne retarde le service.
Au nord-est du Colorado, près du Nebraska, un franco-canadien, nommé Jules Beni (et non pas Reni comme dans le film) a fondé un trading post, commerçant avec les indiens, puis les pionniers, relais nommé "Julesburg" ville du Colorado qui existe encore. C'est là que se déroule l'action du film, avec un Jules Beni ramené à un rôle plus modeste.

Pour l'anecdote, Blueberry dans un album va à Julesburg, je crois que c'est le 6 ou 7.

L'Overland Stage, qui emploie Slade, établit rapidement un relais dans la ville.

Ancien truand (et sans doute encore à l'occasion) Beni voit d'un mauvais oeil l'arrivée d'un alter ego dans "sa" ville, et tend un piège à Slade, qu'il laisse pour mort, truffé de plomb.

Assez incroyablement, Slade s'en sort, et à son tour tend un piège à Beni, qu'il capture, mais qu'il liquide hors de tout jugement.
La légende veut que Slade ai tiré une balle par doigt...

Slade basculera définitivement du côté obscur, et peu de temps après, en 1864, il est capturé et pendu par des vigilantes à Virginia City, dans le Montana.

De la vie plutôt glauque de ce hors-la-loi, Schuster a fait un film sombre, violent (l'alcoolisme de Slade est exact) avec une excellente interprétation de Stevens.
Young dorothy est bien pimpante en farmer'daughter, et même si son personnage est plus fade que dans la réalité, elle a des bouffées de violence qui doivent à son inspiratrice.

A voir et à consommer sans modération.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
The Shadow
Nouveau MB Fondateur
Nouveau MB Fondateur

Messages : 325
Cartouches : 620
Réputation : 3
Date d'inscription : 12/04/2010
Localisation : LaHood US-CA

http://westerns-adventures.creer-forums-gratuit.fr

Revenir en haut Aller en bas

JACK SLADE, LE DAMNE (1953) Harold D.Schuster

Message par bannon le Mar 1 Sep - 20:25

JACK SLADE, LE DAMNE (1953) de Harold D.Schuster
Titre original: "Jack Slade"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

DISTRIBUTION

Mark Stevens............................Jack Slade
Dorothy Malone......................Virginia Maria Dale
Barton McLane.........................Jules Reni
John Litel..................................Juge Davidson
Paul Langton............................Dan Traver
David May.................................Trump
Harry Shannon.........................Tom Carter
John Harmon...........................Ollis
Lee Van Cleef............................Bolt McKay

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

SYNOPSIS

A l'âge de douze ans, Joe Slade tue involontairement un homme, et cette tragédie va influencer son destin pour toujours. Fuyant la loi, il quitte, avec son père, le pays , mais celui-ci est tué lors de l'attaque de la diligence par des hors-la-loi. Recueillit par le cocher qui remplacera son père, il change son prénom pour celui de Jack.
Quelques années plus tard, après avoir servi dans l'armée de l'union, Jack est devenu un tireur émérite, qui, bien que vouant aux hors-la-loi une haine féroce, est toujours resté du côté de la loi. Mais poursuivi par la malchance, il sombre bientôt dans la violence et ne contrôle plus ses nerfs, malgré l'amour de sa femme, et commence à s'adonner au whisky lorsqu'il provoque la mort d'un enfant, puis lorsqu'il abat par erreur son père adoptif. Il ne tarde pas à devenir un sauvage ne vivant que pour boire et tuer.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un western remarquable qui nous conte la sombre histoire d'un homme maudit pris dans l'engrenage de sa propre violence et assaillit par la malchance qui l'empêche de mener une vie normale.
Harold D.Schuster prend plaisir à nous faire toucher le fond de la perdition en nous présentant son héros, ou plutôt son anti-héros, alcoolique, suant la haine et frisant la démence et le démystifie pour en faire ressortir l'homme et le tueur dans tout ce qu'il a d'abject.

Mark Stevens ne tourne pas, avec "Jack Slade", seulement son meilleur western, mais aussi un des meilleurs westerns  des années cinquante, dont l'intensité dramatique, presque shakespearienne, ne peux laisser indifférent, que l'on prenne parti pour ou contre le personnage de Jack Slade.
Un superbe western à voir absolument.

Vu en VF


Lobby cards

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

avatar
bannon
Major A. Charles Dundee
Major A. Charles Dundee

Messages : 392
Cartouches : 645
Réputation : 13
Date d'inscription : 19/02/2015
Age : 66
Localisation : l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: JACK SLADE, LE DAMNE (1953) Harold D.Schuster

Message par Chris 68 le Mer 2 Sep - 19:12

En lui lançant une pierre à la face, Joe Slade tue son premier homme par accident alors qu’il a seulement treize ans. Ce drame le contraint à quitter la région en compagnie de son père. Lors de l’attaque de la diligence où ils se trouvaient tous les deux, son père est abattu par les hors-la-loi en s’interposant pour le sauver. Se sentant doublement responsable, l’adolescent va voir sa vie basculer dans une spirale ininterrompue de violence, persuadé dès lors que son destin sera funeste…« Il tue, il boit, il se déteste » dira le personnage joué par Dorothy Malone pour décrire son époux dans le film.

C’est un personnage d’une rare noirceur qu’interprète Mark Stevens. Un Jack Slade brutal et tourmenté qui n'arrive pas à mettre un terme à cette spirale de violence qu'il a initiée, et qui finit par se résigner en acceptant son sort peu enviable d'homme honnête mais dangereusement intransigeant, obligé d’en arriver à survivre en tuant. Il aurait rêvé de mener une vie normale mais son tempérament sanguin, la malédiction qui s’est abattue sur lui et à laquelle il croit dur comme fer, ainsi que les virages du destin, l’en empêchent. Dommage que dans la peau de cet antihéros suicidaire, l’acteur Mark Stevens soit aussi peu charismatique, n’ayant quasiment qu’une seule expression de visage tout au long du film, et que le personnage soit aussi schématiquement écrit (tout comme le reste du scénario d’ailleurs) : on ne ressent à aucun moment une quelconque empathie à son égard alors qu’il semble évident que l’auteur a voulu le rendre humain. Mais l’écriture du film est si schématique et hachée que le film devient assez vite répétitif et monotone, nous empêchant de nous attacher à qui que ce soit, pas plus à Mark Stevens qu'à Dorothy Malone d'ailleurs, qui ne semble pas encore à son aise dans le genre.

La volonté de faire réaliste était elle aussi louable, et certains détails s'avèrent très intéressants et assez nouveaux comme ce comptoir de saloon fait de tonneaux et d'une planche. Mais d'autres aspects semblent vite lourds et trop appuyés comme le fait de montrer que l'Ouest était sale et poussiéreux et de faire porter à Mark Stevens des chemises toutes aussi maculées de sueur. Si seulement derrière la camera se trouvait un bon réalisateur... mais la mise en scène de Schuster se révèle totalement impersonnelle, même si elle nous octroie quelques très bonnes idées comme celle du lynchage du jeune musicien, le balancement de ses pieds une fois pendu faisant résonner les cordes de sa guitare posée au sol. Bref, si l'idée était intéressante, si l'histoire initiale avait tout pour accoucher d'un très bon film, "l'emballage" s'avère totalement quelconque que ce soit la mise en scène sans aucune personnalité ou le scénario sans aucun liant. « Jack Slade » est un film sans âme et sans vie, dont on ne peut que regretter qu'il n'ait pas été mis en scène par un Samuel Fuller.

Propos Erick Maurel
TVClassik



_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Chris 68
1er Mercenaire
1er Mercenaire

Messages : 667
Cartouches : 709
Réputation : 20
Date d'inscription : 01/06/2014
Localisation : El Paso (Texas)

Revenir en haut Aller en bas

Re: JACK SLADE, LE DAMNE (1953) Harold D.Schuster

Message par Cooper le Ven 4 Sep - 17:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jack Slade le damné (1953) de Harold D. Schuster : Pour sa violence, sa noirceur et son pessimisme assez inhabituels, ce western de série est devenu culte pour les quelques westernophiles ayant eu la chance de le voir. Car Jack Slade n’est pas un film très connu, probablement par le fait d’avoir été produit par un petit studio, la Allied Artists, et donc mal distribué puis diffusé à petite dose sur le petit écran.

Joseph Slade a réellement existé. Travaillant pour différentes compagnies de diligence, il acquit rapidement une réputation de tireur d’élite ; en effet, son travail étant de faire en sorte que rien ne retarde les convois, il ne les laissait pas attaquer sans les défendre avec férocité, de nombreux outlaws étant tombés sous ses balles à ces occasions et en d’innombrables autres. Au début des années 60, il supervisa la construction de plus de deux cent relais de poste du Pony Express. Son image s’est très vite terni d’autant plus qu’il s’était mis à la boisson. Il fut lynché par la milice locale de Virginia City en 1864, accusé de troubler l’ordre public. Mark Twain en fit un fulgurant portrait au sein de son roman daté de 1872, ‘Roughing it’, repris en préambule du film.

"There was such magic in that name, SLADE! A high and efficient servant of the Overland, an outlaw among outlaws and yet their relentless scourge, Slade was at once the most bloody, the most dangerous, and the most valuable citizen that inhabited the savage fastnesses of the mountains." C’est donc un personnage d’une rare noirceur qu’interprète Mark Stevens, comédien qui aurait également assisté Harold Schuster à la mise en scène. Un Jack Slade brutal et tourmenté qui n'arrive pas à mettre un terme à cette spirale de violence qu'il a initié et qui finit par se résigner en acceptant son sort peu enviable d'homme honnête mais dangereusement intransigeant, obligé d’en arriver à survivre en tuant. Il aurait rêvé de mener une vie normale mais son tempérament sanguin, la malédiction qui s’est abattue sur lui et à laquelle il croit dur comme fer, ainsi que les virages du destin, l’en empêchent.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dommage que dans la peau de cet antihéros suicidaire, l’acteur Mark Stevens soit aussi peu charismatique, n’ayant quasiment qu’une seule expression de visage tout du long, et que le personnage soit aussi schématiquement écrit (tout comme le reste du scénario d’ailleurs) : on ne ressent à aucun moment une quelconque empathie à son égard alors qu’il semble évident que l’auteur a voulu le rendre humain au vu des nombreuses séquences où on le voit s’apitoyer sur un orphelin, s’excuser d’avoir blessé une petite fille, tenter d’avoir une vie normale auprès de son épouse… Mais l’écriture du film est si schématique et hachée que le film devient assez vite répétitif et monotone, nous empêchant de nous attacher à qui que ce soit, pas plus à Mark Stevens qu'à Dorothy Malone d'ailleurs, qui ne semble pas encore à son aise dans le genre.

La volonté de faire réaliste était elle aussi louable et certains détails s'avèrent très intéressants et assez nouveaux comme ce comptoir de saloon fait de tonneaux et d'une planche. Mais d'autres semblent vite lourds et trop appuyés comme le fait de montrer que l'Ouest était sale et poussiéreux et de faire porter à Mark Stevens des chemises toutes aussi maculées de sueur. Mais à ce niveau, le film de Harold Schuster pourrait avoir été une des influences des cinéastes des années 60 au nombre desquels on peut compter les futurs réalisateurs du western italien.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Si seulement derrière la camera se trouvait un bon réalisateur ; mais la mise en scène de Schuster se révèle totalement impersonnelle, nous octroyant néanmoins quelques très bonnes idées comme celle du lynchage du jeune musicien, le balancement de ses pieds une fois pendu faisant résonner les cordes de sa guitare posée au sol. On met souvent en avant cette noirceur et ce pessimisme qui parcourent le film. On ne peut pas nier ces éléments. Et pourtant, si l’on revient en arrière, on trouve déjà des westerns tout aussi sombres mais d’une toute autre trempe : pensez aux deux westerns en noir et blanc de William Wellman dans les années 40 (The Ox-Bow Incident - L'Etrange incident et Yellow Sky - La Ville abandonnée), ou, à propos d’anti-héros ‘victimes du destin’, de bien plus convaincants Rock Hudson dans The Lawless Breed (Victime du destin) de Raoul Walsh ou Robert Ryan dans Horizons West (Le Traître du Texas) de Budd Boetticher pour n’en citer que deux.

Bref, si l'idée était intéressante, si l'histoire initiale avait tout pour accoucher d'un très bon film, 'l'emballage' s'avère totalement quelconque que ce soit la mise en scène sans aucune personnalité ou le scénario sans aucun liant. Un film sans âme et sans vie (pas aidé par un Mark Stevens qui ne m'a pas convaincu, pas plus que le reste du casting) dont on ne peut que regretter qu'il n'ait pas été mis en scène par un Samuel Fuller. Un ton amer pour une amère déception au cours de laquelle les morts ont beau s’accumuler, ils ne nous touchent guère. Malgré le fait de ne pas y avoir accroché, je le conseille néanmoins pour son atmosphère assez originale et son réalisme sordide qui pourra plaire à certains n’appréciant guère le classicisme dans le western de ces années là. L’année suivante, le studio allait sortir The Return of Jack Slade, toujours réalisé par Harold D. Schuster, avec John Ericson dans le rôle du fils du célèbre tireur.

DVD Classik

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7212
Cartouches : 8446
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: JACK SLADE, LE DAMNE (1953) Harold D.Schuster

Message par Tyrone le Mer 20 Juil - 17:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jack Slade (Mark Stevens) boit pour oublier la mort qu'il sème tout autout de lui .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dorothy Malone joue Virginia Maria Dale
***
Accidentellement il tue son premier homme à l'âge de 13 ans ,
peu après son père est tué sous yeux par des hors la loi ;
il en sera traumatisé et passera sa vie à ruminer sa vengeance  
contre "les méchants" de tous poils ,
et tuera tout homme qu'il jugera mériter la mort ...
Ce film est sombre par le fait que la malchance le poursuit
sans relâche et qu'il en est conscient ;
c'est ce qui donne la particularité de ce western
dans lequel on peut se douter que tout est perdu d'avance ...
Mark Stevens petit gabarit révolté , mais tireur redoutable
diablement efficace pour donner la mort .
La charmante Dorothy Malone a ici 28 ans
et déjà une bonne poignée de westerns à son actif .
Je le revois pour la troisième fois , sans m'ennuyer
une minute .

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 ~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]     Shoot First ... or Die * That is The Question !       [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ~
avatar
Tyrone
Shérif Dan Blaine
Shérif Dan Blaine

Messages : 9379
Cartouches : 11418
Réputation : 15
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 59
Localisation : Far West

Revenir en haut Aller en bas

Re: JACK SLADE, LE DAMNE (1953) Harold D.Schuster

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum