Sur la piste de la grande caravane (The Hallelujah Trail), de John STURGES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sur la piste de la grande caravane (The Hallelujah Trail), de John STURGES

Message par marrou le Lun 15 Avr - 20:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il faut s'accrocher, se pincer, pour ne pas être trop moutonnier, mais c'est parfois triste de compulser de petits dictionnaires de cinéma, malgré leurs mérites et leur utilité. Fut un temps où on se gargarisait avec la mort du western, et on voit mieux aujourd'hui que, genre composite, multiple, briquetbroqueux, fait d'épopée, de comédie sans complexe, de drame rapidement enlevé et rapidement résolu, d'histoires d'amour, de mécanismes narratifs surexploités (mais le cinéma, dans son ensemble, échappe-t-il au soupçon?), que sais-je encore, le western, donc, en avait encore à nous dire*. Et je ne me suis donc pas trop étonné de lire ou entendre, de divers horizons, que ce film avait le tort ... d'exister ou de ne pas avoir été fait par quelqu'un d'autre. Cela vous est sans aucun doute arrivé. Vous vous demandez alors: "C'est moi, l'idiot, ou ce sont les autres qui bêlent, contents d'avoir trouvé un responsable, une explication au déclin d'un genre?". Allez savoir, bien sûr, et les vérités, ... n'est-ce pas? ... , mais surtout, allez voir. J'y suis allé, parce que STURGES, en tant que cinéaste d'Hollywood, devait savoir à peu près, au moins, faire de la comédie, et j'ai trouvé qu'il ne s'en sortait pas mal du tout, et que son propos n'était pas d'enterrer un genre, mais de distraire un public et de prendre des distances amusées avec le western.

Oui, c'est souvent drôle, plein de charme, pas exempt de pertinence (l'alcool, centre de l'histoire, pris au sérieux et ironiquement considéré comme centre de toutes les convoitises, sans lourdeur et avec de très réussis renversements), et truffé de pas mal de choses qui tapent encore juste (Lancaster prenant son bain dans une baignoire de cocotte, Indiens qui se biturent au champagne, gags du babélisme linguistique et le recours à un interprète qui interprète mal, égratignures à la complication souvent inutile de certains scénarii, etc, etc). Certes, le film a peut-être une demi-heure de trop (mais pourquoi avoir réalisé aussi long si STURGES ne croyait pas un peu à la qualité de son film?); cependant, faites-vous une idée si cela repasse. Ne serait-ce que pour découvrir une adorable Lee Remick à croquer d'espièglerie, et vous faire toucher l'injustice de certains manuels de cinéma qui regrettent qu'elle soit passée par l'Actors Studio. Bizarre: on sait tout faire quand on est un grand acteur, et, pour rester sur l'Actors Studio, vous savez aussi bien que moi que P Newman et Brando pouvaient être de grands acteurs comiques.


*là encore, c'est peut-être une question d'éducation: les chaînes TV font assez bien leur travail, pour certaines d'entre elles au moins (Ciné Classic, TCM). Mais le public doit être formé. L'école n'a pas le temps ni forcément le goût, les grands chaînes populaires suivent le goût d'un public non formé pour qui le western est démodé (et la mode!!!...): on se mord la queue. Et puis, d'une génération à l'autre, que de pertes de mémoire! On n'a plus aujourd'hui la cohorte impressionnante de grands bonshommes qui ont hissé le western aux sommets du 7ème art et qui ont enchanté les salles de quartier du passé. Quelques grandes réussites, quelques noms, suffisent mal à faire remonter le plateau de la balance: EASTWOOD, KOSTNER, d'autres mais en trop petit nombre, quelle que soit la valeur d'une série comme "Deadwood". Malgré la force d'EASTWOOD, c'est davantage un regard nostalgique qu'une tentative militante pour remettre à l'ordre du jour un genre qui avait acquis ses lettres de noblesse.

marrou
Bienvenue l'Etranger
Bienvenue l'Etranger

Messages : 11
Cartouches : 19
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la piste de la grande caravane (The Hallelujah Trail), de John STURGES

Message par Cooper le Mar 16 Avr - 18:23

Visuel DVD Sur la piste de la grande caravane
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum