Stewart Granger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Stewart Granger

Message par Invité le Sam 6 Oct - 18:17

Stewart Granger est un acteur britannique naturalisé américain, né le 6 mai 1913 à Londres et décédé d'un cancer le 16 août 1993 à Santa Monica (Californie, États-Unis). Il marqua de son élégance tous les rôles qu'il interpréta, notamment dans Scaramouche ou Moonfleet.



Biographie

Son vrai nom est James Lablache Stewart mais il en a changé pour ne pas être confondu avec l'acteur James Stewart.

Il est l'arrière-petit-fils du chanteur d'opéra Luigi Lablache.

Stewart Granger a été marié à plusieurs reprises, avec Jean Simmons en deuxièmes noces notamment, et a eu des liaisons avec Deborah Kerr et Hedy Lamarr durant son premier mariage.

Granger a été un des plus grands séducteurs de l'écran, partenaire de Edwige Feuillère, Rita Hayworth, Ava Gardner, Janet Leigh, Elizabeth Taylor, Grace Kelly, Debra Paget...

Héros privilégié des films d'aventures de la MGM, il a été dirigé par George Cukor, Richard Brooks (qui l'oppose à Robert Taylor) et Fritz Lang dans des œuvres plus nuancées. Il fait ses études au collège d'Epsom et se destine à la médecine. L'amour du théâtre est plus fort et il s'inscrit au cours d'art dramatique de l'école Webber-Douglas. Il débute à l'Old Vic et apparaît au cinéma dans de petits rôles dès 1933.

En 1938, il se marie avec Elspeth March (1911-1999) jusqu'en 1948. Ils eurent deux enfants : Jamie et Lindsey.

Il se fait connaître en jouant sur les scènes londoniennes avec Vivien Leigh en 1937 sous le nom de Stewart Granger. Démobilisé après deux ans de guerre à la suite d'une blessure, il fait sa rentrée au théâtre en 1943 dans Gaslight avec Deborah Kerr tout en devenant l'un des jeunes premiers les plus en vue du cinéma britannique de l'époque avec son ami James Mason.

Ils joueront d'ailleurs ensemble dans plusieurs films (Service secret, L'Homme en gris (1943), L'Homme fatal (1944)), dans lesquels ils sont souvent rivaux.

Ils deviennent même interchangeables, l'un joue un rôle conçu pour l'autre et inversement : c'est ainsi que Stewart Granger incarne le violoniste Paganini dans L'Archet magique prévu pour James Mason.

En 1949, lorsque James Mason est sollicité par Hollywood, il reste le plus grand séducteur du cinéma anglais : un personnage romantique qu'il tempère toutefois par un naturel désabusé.

En 1950, Hollywood lui fait à son tour une offre mirifique : la MGM le paie un million de dollars pour un contrat de 7 ans d'exclusivité. La gloire internationale va consacrer sa carrière. De 1950 à 1957, c'est sa grande période de triomphe : il devient une star internationale avec plusieurs grands succès.

Le 20 décembre 1950, il se marie avec l'actrice et sa partenaire à l'écran Jean Simmons (1929-2010) jusqu'au 12 août 1960. Ils eurent un enfant.

Cette même année, il joue à nouveau avec Deborah Kerr, dans Les Mines du roi Salomon (1950). Ce film donne lieu à des rumeurs selon lesquelles lui et Deborah Kerr auraient eu une relation extra-conjugale.

Il est l'explorateur dans Au pays de la peur (1952) avec Cyd Charisse, puis le héros de Scaramouche (1952) avec Janet Leigh et du Prisonnier de Zenda (1952) avec à nouveau Deborah Kerr dans lequel il affronte son vieux complice James Mason. Sa distinction aristocratique le désigne pour incarner le dandy célèbre du Beau Brummel (1954) avec Elizabeth Taylor.



Les cinéastes se le disputent, Fritz Lang travaillera avec lui sur Les Contrebandiers de Moonfleet (1955), George Cukor sur La Croisée des destins (1955) avec Ava Gardner, Richard Brooks avec La Dernière Chasse.

Cependant le comédien a mauvaise réputation à cause de son caractère irritable, difficile et capricieux. En 1956, le Daily Mirror le définit comme « l'acteur anglais le plus impopulaire d'Hollywood ». Petit à petit, cette notoriété va lui causer des problèmes pour sa carrière.

Son contrat avec la MGM se termine par 2 films médiocres et insignifiants. Depuis 1956, il est naturalisé américain mais il décide de rentrer dans son pays natal pour y apparaître dans une série de petits films qui ne sont en rien comparables à ceux qui firent sa gloire.

En 1964, il se marie une dernière fois avec Caroline LeCerf jusqu'en 1969. Ils eurent une fille : Samantha.

Le comédien accepte de tourner dans des petites coproductions européennes qui achèvent de ternir sa réputation. Il retrouve néanmoins un regain de popularité aux États-Unis au début des années 70 en étant le héros d'un feuilleton TV : The Men from Shiloh.

L'acteur a toujours avoué sa préférence pour le théâtre. En ce qui concerne sa carrière cinématographique, il est fort sévère : « J'ai joué dans une quantité de films, » confiait-il en 1970 dans une interview à un grand hebdomadaire américain ; « certains exécrables, d'autres supportables. Mais je n'ai jamais fait un film dont je sois fier… ».

Stewart Granger est mort le 16 août 1993 d'un cancer à Santa Monica, en Californie.

Filmographie sélective

1939 : So this is London,de Thornton Freeland
1942 : Service secret (Secret Mission), de Harold French
1943 : L'Homme en gris (The Man in grey), de Leslie Arliss
1944 : Love Story, de Leslie Arliss
1944 : L'Homme fatal (Fanny by gaslight), d'Anthony Asquith
1945 : La Madone aux deux visages (Madonna of the Seven Moons), de Arthur Crabtree
1945 : Un soir de rixe (Waterloo Road), de Sidney Gilliat
1945 : César et Cléopâtre (Caesar and Cleopatra), de Gabriel Pascal
1947 : Jusqu'à ce que mort s'en suive (Blanche Fury), de Marc Allégret
1948 : Sarabande (Saraband for dead lovers), de Basil Dearden
1948 : Woman Hater de Terence Young
1949 : Adam et Evelyne (Adam and Évelyne) de Harold French
1950 : Les Mines du roi Salomon (King Solomon's mines), de Compton Bennett
1951 : Trois troupiers (Soldiers Three), de Tay Garnett
1952 : Au pays de la peur (The wild north), d' Andrew Marton
1952 : Miracle à Tunis (The Light Touch) de Richard Brooks
1952 : Scaramouche, de George Sidney
1952 : Le Prisonnier de Zenda (The Prisoner of Zenda), de Richard Thorpe
1953 : Salomé (Salome), de William Dieterle
1953 : La Reine vierge (Young Bess), de George Sidney
1953 : La Perle noire (All the brothers were valiant), de Richard Thorpe
1954 : Le Beau Brummel (Beau Brummell), de Curtis Bernhardt
1954 : L'Émeraude tragique (Green Fire), de Andrew Marton
1955 : Les Contrebandiers de Moonfleet (Moonfleet), de Fritz Lang
1955 : Des pas dans le brouillard (Steps in the Fog), de Arthur Lubin
1956 : La Dernière Chasse (The Last hunt), de Richard Brooks
1956 : La Croisée des destins (Bhowani Junction), de George Cukor
1957 : La Petite Hutte (The Little Hut) de Mark Robson
1958 : Harry Black et le tigre (Harry Black and the tiger), de Hugo Fregonese
1960 : Le Grand Sam (North to Alaska), de Henry Hathaway
1961 : Scotland Yard contre X (The Secret Partner), de Basil Dearden
1962 : Sodome et Gomorrhe (Sodom and Gomorrah), de Robert Aldrich
1962 : Héros sans retour (Marcia o crepa) de Frank Wisbar
1962 : Le Mercenaire (La Congiura dei Dieci)
1963 : Le Jour le plus court (Il Giorno più corto), de Sergio Corbucci
1964 : L'Invasion secrète (The Secret invasion), de Roger Corman
1964 : Parmi les vautours (Unter Geiern), d' Alfred Vohrer
1965 : L'appât de l'or noir (Der Ölprinz) de Harald Philipp
1966 : Le Carnaval des barbouzes (Gern hab'ich frauen gekitt), de Alberto Cardone, Louis Soulanes, Sheldon Reynolds et Robert Lynn
1966 : La Planque (The Trygon Factor), de Cyril Frankel
1967 : Le Dernier safari (The Last Safari), d'Henry Hathaway
1978 : Les Oies sauvages (The Wild Geese), de Andrew V. McLaglen
1982 : The Royal Romance of Charles and Diana de Peter Levin (TV)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum