Un génie, deux associés, une cloche (1975) Damiano Damiani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un génie, deux associés, une cloche (1975) Damiano Damiani

Message par Invité le Lun 24 Sep - 17:09



Durée: 120 min
Titre original: Un Genio, due compari, un pollo
Genre: Western spaghetti  
Année: 1975
Pays d'origine: Italie

Distribution:

Terence Hill : Joe Thanks (Joe "Merci")
Miou-Miou : Lucy
Robert Charlebois : Locomotive Bill
Klaus Kinski : Doc Foster
Patrick McGoohan : Le major Cabot
Jean Martin : Penbroke
Piero Vida : Jelly
Raimund Harmstorf : Le sergent Milton
Friedrich von Ledebur : Don Felipe

L'histoire

Le peu scrupuleux major Cabot, chef de la garnison du fort de San Cristobal, a amassé un impressionnant butin de 300 000 dollars en dépouillant les Indiens de la région de tous leurs biens, les faisant au passage accuser des meurtres commis par ses mercenaires. Tandis que Penbroke, délégué par les autorités militaires pour récupérer la somme, est abattu en chemin par des hommes de Cabot. Joe, un pistolero qui vit d'expédients, décide de s'approprier le magot. Il fait pour cela équipe avec son ami Locomotive Bill, un métis apache, et la compagne de celui-ci, la tendre et naïve Lucy...



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un génie, deux associés, une cloche (1975) Damiano Damiani

Message par Invité le Lun 24 Sep - 17:10

La jaquette du dvd... Very Happy

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un génie, deux associés, une cloche (1975) Damiano Damiani

Message par Invité le Lun 24 Sep - 17:10

Une affiche italienne...


avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un génie, deux associés, une cloche (1975) Damiano Damiani

Message par J.Randall le Dim 4 Sep - 18:50

FICHE TECHNIQUE DU FILM

Titre : Un génie, deux associés, une cloche
Titre original : Un genio, due compari, un pollo
Réalisation : Damiano Damiani et Sergio Leone
Production : Sergio Leone
Scénario : Ernesto Gastaldi et Fulvio Morsella
Musique : Ennio Morricone
Photographie : Giuseppe Ruzzolini
Montage : Nino Baragli
Genre : Western, comédie
Durée : 120 minutes
Dates de sortie : 19 décembre 1975 (Italie), 21 janvier 1976 (France)
Adaptation : Fred Savdié

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

LA CRITIQUE (WILD WILD WESTERN)

Le scénario est totalement indigent, à peine compréhensible, le casting est hétéroclite, mélangeant Terence Hill dans sa panoplie de Trinita, avec le chanteur canadien Charlebois, la comédienne française Miou-Miou, l’ex « PRISONNIER » Patrick McGoohan, et même Klaus Kinski, venu se faire ridiculiser avec une belle abnégation, pendant quelques minutes au début du film, dans un rôle complètement inutile.

Les séquences réalisées par Leone – tout particulièrement le prologue – pour brillantes qu'elles soient, ne relèvent aucunement le niveau, et « UN GÉNIE, DEUX ASSOCIÉS, UNE CLOCHE » est une interminable pantalonnade, terrassante d’ennui.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La seule excuse qu’on pourrait lui trouver, vient du fait que ce film n’est pas tout à fait celui dont rêvaient ceux qui l’ont fait : le négatif fut en effet dérobé à la fin du montage par des malfaiteurs, et les producteurs refusèrent de payer la rançon exigée. Aussi le film fut-il entièrement remonté à partir de prises de second choix, techniquement moins pointues, vraisemblablement moins bien jouées. Cela expliquerait en partie cette sensation de pauvreté émanant du produit, alors qu'il disposait de toute évidence, d’un budget important.

Pour parachever la « scoumoune » ayant miné son parcours, « UN GÉNIE, DEUX ASSOCIÉS, UNE CLOCHE » est finalement sorti en DVD, mais dans une copie en 4/3 (en Scope, cela ne pardonne pas). On peut en voir une copie verdâtre et très moyenne, mais en 16/9 en Angleterre, par contre la version doublée en Anglais est particulièrement atroce.

L’histoire de la fabrication du film est finalement plus intéressante que le film lui-même, et « UN GÉNIE, DEUX ASSOCIÉS, UNE CLOCHE » tend à démontrer que le rôle qu’a joué le réalisateur Tonino Valerii dans la réussite de « MON NOM EST PERSONNE » n’était peut-être pas aussi négligeable qu’on a bien voulu le laisser entendre…

Ceci étant dit, le film a ses défenseurs, même s’ils sont moins nombreux que pour le reste de l’œuvre de Leone.
avatar
J.Randall
Wanted: Dead or Alive
Wanted: Dead or Alive

Messages : 279
Cartouches : 304
Réputation : 3
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 50
Localisation : Las Tunas - Los Angeles Country, California

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un génie, deux associés, une cloche (1975) Damiano Damiani

Message par BIOMAN le Dim 4 Sep - 20:39

La critique ciné de Psychovision atteste quand à elle, que le film "Un génie, deux associés, une cloche" est un bel exemple de film raté tournant au patchwork presque réussi. A l'instar de son casting improbable, qui n'a à priori rien pour faire un film homogène, c'est un trip hétérogène (et parfois érogène) qui à trop vouloir brasser de morceaux de bravoure, à trop vouloir surfer sur le succès de "Mon nom est personne", et à aligner les clins d'oeil cinéphiliques à tout va, finit par ressembler à une tente indienne dans laquelle tout le monde se regrouperait pour y fumer un calumet qui fait rire, avec un peu de gène parfois entre des protagonistes qui ne se comprendraient pas toujours entre eux.

Pour l'anecdote, il semblerait que les bobines du film furent volées par la mafia tant et si bien qu'on finit par le monter à partir des rushs restants. Si cette légende est belle et bien la vérité, l'on comprend mieux l'aspect anarchique de cet ovni parfois jouissif, parfois triste - on a vraiment le sentiment plus que jamais d'assister à la fin de la fin d'un genre - parfois drôle, parfois pesant, parfois maîtrisé, mais le plus souvent en roue libre...

On le doit à ce bon Damiano Damiani, responsable de l'excellent et fondateur "El Chuncho" qui ma foi ne semble pas tout à fait à son aise ici. C'est pourtant un metteur en scène en toute possession de ses moyens alors puisqu'il tournera l'année suivant le très bon "Un juge en danger" avec Gian Maria Volonté et Mario Adorf, ainsi qu'un "Amityville II" de bonne facture un peu plus tard. Selon Leone qui produisit le film, Damiani aurait été un choix regrettable, celui-ci n'étant pas fait pour la comédie. Pourtant, si "Un génie, deux associés, une cloche" emporte in-extremis la partie ou en tout cas certaines manches, c'est grâce à quelques passages rigolos qu'il recèle, comme cette poursuite dans un fort au sein de laquelle Joe Merci s'évade un premier temps grâce à des barres parallèles, pour s'offrir ensuite dans la cours une partie de corrida avec ses poursuivants.

Comme dirait l'autre, ça ne pète pas haut, mais l'on se marre bien. De même lors d'une excellente scène comique digne d'une BD des pieds-nickelés, où l'un après l'autre, nos trois compères surgissent de derrière un rocher. C'est pourtant de cette absence de soucis pour la vraisemblance, ou même on peut le dire, un soucis de l'invraisemblance qui fait qu'un charme opère sournoisement tout du long, par intermittence soit, mais c'est pourtant avec une petite banane au lèvres qu'on en repart.

Alors bien sur, le film est moins bon que "Mon nom est personne", mais rappelons tout de même que ce dernier fut tourné par Tonino Valerii qui n'avait pas plus à priori de dispositions pour la comédie que Damiano Damiani. D'ailleurs comme dit avant, ce n'est pas dans la partie comique qu'il reste inférieur à son prédécesseur, mais plutôt dans son incapacité à unifier et structurer son histoire pourtant plus élaborée qu'elle n'y paraît, ainsi du fait de ne pas partir d'un seul thème pour l'approfondir, ce que faisait le film de Valerii avec son passage de générations surfant sur le thème cher à John Ford, bâtir puis retranscrire une légende plus belle que la véracité historique, jusqu'à l'en faire devenir vérité. Secondo, si "Mon nom est personne" avait un pied dans la parodie, on peut dire sans trop prendre de risques, que le film de Damiani arrive comme une bombe dans un bain de boue, à savoir avec de bons gros sabots.
avatar
BIOMAN
John Marston
John Marston

Messages : 219
Cartouches : 256
Réputation : 5
Date d'inscription : 05/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un génie, deux associés, une cloche (1975) Damiano Damiani

Message par The Wraith le Lun 5 Sep - 16:11

Si le western spaghetti a toujours montré de l'irrespect pour le western classique américain, ici il pavoise d'irrespect pour tout, y compris le propre genre dans lequel il s'inscrit. Cet esprit aimablement frondeur en fait paradoxalement aussi son charme.

L'une des premières scènes du film mettant en scène Klaus Kinski (excellent et qui ça se voit, prend un plaisir malin à se démystifier) est à cet égard assez révélatrice me semble t-il, puisque l'icône du mal (mais pas toujours) du western spaghetti se retrouvera jeté par la fenêtre comme du linge sale. Exit les icônes du genre semble dire le réalisateur, et place au... n'importe quoi !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un n'importe quoi dans lequel on y retrouve d'ailleurs Miou-Miou (?!) qui y est assez convaincante dans un ersatz de Jeanne Moreau tendance "Jules et Jim" version nunuche et qui forme un trio sympathique, entourée par ces deux cabotins finis que sont Terence Hill, qui il faut bien le dire vampirise (et heureusement le plus souvent) le film, et Robert Charlebois qui dans son rôle d'ours mal léché s'en sort honorablement.

Mallox-Psychovision
avatar
The Wraith
Phantom
Phantom

Messages : 376
Cartouches : 410
Réputation : 8
Date d'inscription : 13/07/2015
Localisation : LE NEANT

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un génie, deux associés, une cloche (1975) Damiano Damiani

Message par Ghost Rider le Lun 5 Sep - 20:32

Même si dans la version française du film, ce dernier garde son accent québécois pour un jeu à l'italienne tout en démesure, en verve et truculence grotesques, voire grossières, ce qui ne passe pas toujours, et se fait même assez lourd dans les moments les plus bavards.

Le rôle du méchant échoie à Patrick McGoohan qui viendrait s'en plaindre ? qui aimerait bien s'accaparer l'argent destiné aux indiens et à leurs terres. Son interprétation est parfaite. Cynique, et un brin sadique, on le sent jubiler dans la peau de son personnage en même temps qu'il permet au film de s'unifier un tant soit peu, puisqu'il semble être le seul personnage à garder les mêmes motivations.
avatar
Ghost Rider
Lago-city
Lago-city

Messages : 58
Cartouches : 64
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un génie, deux associés, une cloche (1975) Damiano Damiani

Message par shériff Thompson le Mar 6 Sep - 16:48

Pour ajouter à cette analyse, l'un des charmes du film est son côté très décousu proche d'un "j'm'en foutisme" très anar, mais c'est également sa limite, l'intérêt qu'il dégage étant intermittent.

Et puis à force de se référer à "Mon nom est personne" qui offrait tout de même un spectacle plus ténu, plus homogène, il se finit tout compte fait par se faire du mal à lui-même. En témoigne la partition de Morricone très entraînante qui ne cesse de la reprendre jusqu'à la parodier, puis quelques dialogues de trop, comme dans la scène du poker où les joueurs demandent qui est se type qui reste là derrière Klaus Kinski et que celui-ci répond : "Lui, c'est personne"...

Dans ces moments là, et il y en a d'autres, c'est assez lourd en plus de n'être absolument pas drôle. On note de plus, de sérieuses chutes de rythme et l'on est content lorsque celui-ci parvient à se reprendre au lieu de se perdre en dialogues parfois un peu lourds. En somme, on assiste à un western parodique on ne peut plus décousu et inégal.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
shériff Thompson
Wyatt Earp
Wyatt Earp

Messages : 603
Cartouches : 636
Réputation : 9
Date d'inscription : 12/01/2014
Localisation : Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un génie, deux associés, une cloche (1975) Damiano Damiani

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum