La rivière d'argent (1948) Raoul Walsh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La rivière d'argent (1948) Raoul Walsh

Message par The Shadow le Dim 18 Avr - 10:10

LA RIVIERE D'ARGENT "SILVER RIVER"
Raoul Walsh - 1948

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

FICHE TECHNIQUE

Scénario : Harriet Frank Jr. et Stephen Longstreet, d'après un roman de ce dernier
Photographie : Sidney Hickox
Musique : Max Steiner
Directeur artistique : Ted Smith
Décors de plateau : William Wallace
Costumes : Travilla et (non-créditée) Marjorie Best
Montage : Alan Crosland Jr.
Producteur : Owen Crump, pour la Warner Bros. Pictures
Genre : Western - Noir et Blanc - 110 mn
Date de sortie : 29 mai 1948 aux États-Unis

DISTRIBUTION

Errol Flynn : "Mike" McComb
Ann Sheridan : Georgia Moore
Thomas Mitchell : John Plato Beck
Bruce Bennett : Stanley Moore
Tom D'Andrea : "Pistol" Porter
Barton MacLane : "Banjo" Sweeney
Monte Blue : "Buck" Chevigee
Jonathan Hale : Major Spencer
Al Bridge : Slade
Arthur Space : Major Ross
Et, parmi les acteurs non-crédités :
Richard Alexander : Homme de main de Sweeney
James Ames : Barker
Joseph Crehan : Président Ulysses Simpson Grant
Russell Hicks : Edwards
Art Baker : Major Wilson

SYNOPSIS

À l'issue de la bataille de Gettysburg (1863), durant la Guerre de Sécession, le capitaine nordiste "Mike" McComb est injustement renvoyé de l'armée pour avoir brûlé le chariot contenant la paie des soldats, dont un détachement sudiste menaçait de s'emparer. Il se rend alors dans l'Ouest où il se lance dans les affaires, avec l'aide de l'avocat John Plato Beck : il ouvre une maison de jeux, une banque, et devient l'associé de Stanley Moore et de son épouse Georgia, propriétaires d'une mine d'argent...

Saga plus que western, j'apprécie ce film, qui est pour moi un bon "Flynn".
Flynn, c'est l'alcoolique invétéré, le dragueur parfois à la limite, le fétard qui meurt bien jeune.

C'est aussi un artiste qui a su interpréter les aventuriers avec brio, mais pas uniquement. Il savait sortir de ce personnage.
Flynn, l'australien de Tasmanie, fort et faible de tous ses abus...

En revoyant "la rivière d'argent", étrangement, j'ai pensé au "Scarface" de De Palma, avec Pacino/Montana.
D'ailleurs, Flynn et Pacino fument tous deux le cigare dans ces deux films!  Wink

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
The Shadow
Nouveau MB Fondateur
Nouveau MB Fondateur

Messages : 325
Cartouches : 620
Réputation : 3
Date d'inscription : 12/04/2010
Localisation : LaHood US-CA

http://westerns-adventures.creer-forums-gratuit.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rivière d'argent (1948) Raoul Walsh

Message par Tyrone le Mar 26 Jan - 18:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mon avis : Revu avec amusement pour le jeu d'Errol
armé de son charme naturel , le toujours remarquable Thomas Mitchell  
et la touchante féminité d'Ann Sheridan .


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Errol Flynn (1909-1959) décédé à 50 ans , célèbre pour son charme séducteur ,
homme à femmes , il fut marié trois fois ; et disparu prématurément pour consommation excessive d'alcool.  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ann Sheridan (1915-1967) décédée à 51 ans , elle était une des pinups les plus célèbres du début des années 40
reçu 250 demandes en mariage en seulement quelques jours , elle fut tout comme Errol mariée trois fois ; et disparu prématurément emportée par un cancer du fumeur .

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Surnommée "The Oomph Girl"

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 ~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]     Shoot First ... or Die * That is The Question !       [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ~
avatar
Tyrone
Shérif Dan Blaine
Shérif Dan Blaine

Messages : 9381
Cartouches : 11420
Réputation : 15
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 59
Localisation : Far West

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rivière d'argent (1948) Raoul Walsh

Message par Cooper le Mar 26 Jan - 19:23

La Rivière d’argent marque la dernière collaboration, et sans doute la moins connue, du vieux briscard Raoul Walsh et de sa vedette préférée Errol Flynn.

Une époque s’achève, dans la forme comme dans le fond : Raoul Walsh pousse ici très loin le cynisme froid déjà évident dans l’un de ses films les plus célèbres, La Charge fantastique. Western cruel et sans concessions, La Rivière d’argent est une très belle parabole sur l’individualisme à l’américaine.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Comme nombre de personnages de western, Mike McComb est un homme désabusé et sans idéaux, qui a perdu sa foi en l’idéal américain. Capitaine dans l’armée nordiste lors de la guerre de Sécession, il a été dégradé après avoir brûlé un million de dollars pour éviter qu’ils ne tombent aux mains des Sudistes. Son nouveau credo : seuls ses propres intérêts auront de l’importance à ses yeux. Quitte à envoyer à la mort un homme pour posséder sa femme, ou à tirer dans le dos de ses ennemis, symbole de la lâcheté absolue dans l’Ouest américain...

Mike est un personnage à la personnalité indéchiffrable. Lors de son procès au tribunal militaire, il ne prononce pas un mot et garde les yeux fixés dans le vide, à la fois conscient qu’il ne lui est plus possible de se défendre mais qu’il ne laissera plus à l’avenir d’autres hommes décider de son destin. À la fois héroïque et lâche, il est guidé par des pulsions de vengeance qui s’abattent sur tous ceux qui l’entourent.

Puisqu’on lui a ôté tout honneur, il ne recule devant aucune bassesse : tricher, mentir, tirer profit de la débauche et des jeux d’argent, voler une femme ou imposer son diktat dans une ville où chacun lui est redevable de quelque chose. Solidarité, amitié et altruisme sont des valeurs qui n’existent plus à ses yeux tant son obsession de pouvoir est forte. Il rêve d’une magnificence un peu ridicule, qui en imposerait à tout son entourage — telle la construction d’un palais en plein Far West, qui lui donnerait en quelque sorte le statut de « Citizen McComb ».

Comme souvent dans les westerns de Walsh, les grandes scènes de cavalcade typiques au genre sont reléguées au second plan, comme s’il ne s’agissait que de passages obligés divertissants, mais sans réelle importance. Le travail du cinéaste autour du personnage principal est beaucoup plus intéressant : puisque McComb se définit comme un solitaire, il sera filmé comme tel. Tournant le dos ou de profil, McComb regarde rarement en face ses adversaires, et hésite à se mettre au même niveau qu’eux.

Pour Walsh, il ne s’agit pas de stigmatiser son héros mais sans doute de montrer plutôt son malaise : empli de remords car engoncé dans une personnalité qui n’est pas la sienne, il ne peut s’empêcher d’avoir des gestes très délicats ou de tenter maladroitement de réparer ses erreurs.

Sources cinéma: Critikat

_________________
ADMIN MARSHAL J. COOPER
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort, et l'enfer l'accompagnait ... «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cooper
Adm. Marshal J. Cooper
Adm. Marshal J. Cooper

Messages : 7214
Cartouches : 8448
Réputation : 41
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 49
Localisation : Lahood-californie

http://roswell1947.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rivière d'argent (1948) Raoul Walsh

Message par BIOMAN le Mar 26 Jan - 19:54

Pour Walsh, la véritable faute appartient en fait à une société qui, en allant plus loin vers l’Ouest pour conquérir un territoire inconnu et sauvage, a peu à peu oublié les valeurs de la civilisation qui la définissaient à l’Est.

McComb est comme entraîné malgré lui dans des manœuvres égoïstes dictées par la soif de richesse que provoque la découverte des ressources minières du pays. Interprété par le fougueux Errol Flynn, il n’a pas tout à fait perdu son droit à la rédemption. Celle-ci lui parviendra par le biais d’un personnage bien nommé, l’avocat alcoolique Plato, devenu candidat au Sénat après sa rencontre déterminante avec McComb.

En comparant son meilleur ami/ennemi à César et au roi David, Plato comprend mieux que tout le monde sa personnalité (ce qui rend d’ailleurs la relation des deux hommes beaucoup plus intéressante que celle du couple vedette Flynn/Ann Sheridan). McComb est un héros en puissance, mais un héros impur, dont la quête de pureté se fait au prix d’un cheminement semé d’embûches, à l’image de celui d’une Amérique en quête d’elle-même.


avatar
BIOMAN
John Marston
John Marston

Messages : 219
Cartouches : 256
Réputation : 5
Date d'inscription : 05/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La rivière d'argent (1948) Raoul Walsh

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum